Le fils de Vazimba et la fille d'Andriamanitra.

Publié le par Alain GYRE

209 Le fils de Vazimba(1) et la fille d’Andriamanitra.
recueilli à Antsimiasy

(province d’Ankazobé)

 

Unjourlafilled'Andriamanitra(2) descendit, dit-on,duciel.

Arrivéesurlaterre,elley rencontralefilsdeVazimba.

 Tousdeuxsemarièrentetilsformèrentlepremiercouplehumain.

Andriamanitranevoyantpasrevenirsafillefutinquiet,ilenvoyaunangeàsa
recherche.

Bientôtcetangerencontralesdeuxépouxetilrésolutd'emmenerlefilsdeVazimbaafinqu'ilexpliquesaconduiteà Andriamanitra.

La jeune femme lui donna un morceau de bois qu'elle avait apporté du ciel, en lui disant :

« Sur le chemin qui te conduira au ciel, tu rencontreras trois portes appelées la vavahady (3) varatra, la vavahady havandra (4) et la vavahady rambondanitra (5); ce morceau de bois sera ton guide, écoute tout ce qu'il te dira. »

L'ange et le Vazimba se mirent en route, le morceau de bois parla ainsi :

« Lorsque vous franchirez ces trois portes, avec vos dents, enlevez-moi quelques parties, et jetez-les. »

« Entendu, répondit le voyageur, » et il fit ainsi.

En le voyant arriver au ciel, l'Andriamanitra fut bien étonné qu'il eût franchi les trois portes sans accidents.

« Je suis le fils d'un Vazimba, dit l'habitant de la terre, j'ai empêché votre fille de revenir près de vous, car j'ai voulu l'épouser. »

L'Andriamanitra en entendant ce langage envoya chercher sa fille, puis il dit :

«  Je reconnais votre mariage, vous allez retourner sur la terre, vous emporterez des poules, des canards et des oies pour les élever. »

Avant de partir la fille d'Andriamanitra eut soin de demander à son père du paddy
pour les volailles.

Aussitôt arrivés sur la terre, les deux époux tuèrent quelques poules, canards et oies, prirent le paddy qui se trouvait dans leur gésier et le semèrent.

C'est ainsi que le riz apparut sur la terre avec le premier couple humain, et c'est aussi
en souvenir de cette histoire que l'on eut l'idée de se servir de morceaux de bois pour en faire des ody (6).

 


(1) Nom du peuple aborigène de l'Iménna.
(2) Le Seigneur parfumé (Dieu).

(3) Le portail du tonnerre.
(4) Le portail de la grêle.
(5) Le portail de la trombe.

(6) Amulette.

 

Contes de Madagascar

Charles RENEL (1866 – 1925)

Librairie Ernest LEROUX

PARIS

 

Publié dans Contes de Madagascar

Commenter cet article