Le gourmand.

Publié le par Alain GYRE

166 LE GOURMAND (1).

(Antambahoaka)

 

Il y avait, dit-on, un vieillard très gourmand qui avait une nombreuse famille.

Un jour, il acheta du sel (2), le fit piler en cachette, et l'enferma dans une calebasse qu'il cacha ensuite sous le bord inférieur du toit, au-dessus de la porte.

A chaque repas, avant de manger son riz, il se tenait, pour prendre du sel, debout devant la porte ; puis disait en s'étirant :

« Oh ! que je suis fatigué ! »

Il prenait en même temps qu'il étendait les bras, un peu de sel dans la calebasse.

Retourné près de son riz, il promenait une première fois la main au-dessus et frottait le pouce contre l'index, en disant :

« Si j'avais du sel, j'en mettrais comme ça, j'en mettrais comme ça. »

Puis, faisant le même geste une seconde fois, il assaisonnait sa nourriture, en laissant tomber le sel qu'il avait pris.

 

Le gourmand.

Sa femme et ses enfants qui ignoraient sa supercherie, croyaient que le chef de famille faisait seulement semblant de mettre du sel dans son riz.

La femme finit cependant par s'apercevoir de cette tromperie.

Un jour que le mari travaillait aux champs, elle enleva le sel qui se trouvait dans la calebasse et le remplaça par du sable.

Le soir, au moment du repas, l'homme, alla prendre du sel comme il avait l'habitude de le faire.

Puis, sans s'apercevoir de la substitution il dit en joignant le geste à la parole :

« Si j'avais du sel, j'en mettrais comme ça; j'en mettrais comme ça. »

Mais lorsqu'il se mit à manger, le sable craqua sous ses dents.

Il regarda sa femme; puis lui cria, en colère :

« Ne peut-on pas vanner le riz de façon à ce qu'il ne contienne pas de sable ?»

« C'est le riz, répondit la femme qui contient du sable? Est-il possible que tu te trompes à ce point. Ce n'est sûrement pas un grain de sel qui est tombé dans ton riz; peut-être est-ce un morceau du toit. »

L'homme s'apercevant qu'il était deviné, avoua tout :

« Pardonnez-moi, dit-il ; je croyais que vous ignoriez ma supercherie : mais vous vous en êtes aperçus. »



(1) J'ai recueilli ce conte chez les Antambahoaka du village de Mananjary;

(2) Le sel est un dès principaux articles d'importation à Madagascar:

Contes populaires malgaches

Recueillis, traduits et annotés par

Gabriel FERRAND

Editeur : E. Leroux (Paris) 1893

Commenter cet article