Le niais qui est cause de la mort de sa femme et de ses enfants.

Publié le par Alain GYRE

179 Le niais qui est cause de la mort de sa femme et de ses enfants (1).
(Antaimorona)

 

Un homme qui travaillait aux champs, près du village, entendit tout à coup un grand bruit suivi des cris : au feu ! au feu !

 

Aussitôt, il quitte sa bêche, retourne au village et fait entrer dans sa case sa femme, ses enfants et tout ce qu'il possède.

 

Puis, il ferme portes et fenêtres et les barricade extérieurement.

 

Il entoure ensuite la case de broussailles épineuses : si le feu ouvre la porte maintenant, se dit-il, ce sera un fameux feu.

 

Et il retourne aux champs.

 

 

Le niais qui est cause de la mort de sa femme et de ses enfants.

Cependant l'incendie gagnant de proche en proche, tout le village fut consumé.

Les habitants sauvèrent tous leurs meubles, leurs ustensiles et ne perdirent que leurs cases.

Tandis que ce niais, qui avait si bien barricadé sa maison, perdit en même temps sa famille et tout ce qu'il possédait.



(1)Le texte de ce conte m'a été dicté par un Antaimorona de Faraony, petit village au sud de Mananjary.

Contes populaires malgaches

Recueillis, traduits et annotés par

Gabriel FERRAND

Editeur : E. Leroux (Paris) 1893

Commenter cet article