"Le poème" - Jean-Joseph RABEARIVELO

Publié le par Alain GYRE

Le poème

 

Paroles pour chant, dis-tu, paroles pour chant,

ô langue de mes morts,

paroles pour chant, pour désigner

les idées que l’esprit a depuis longtemps conçues

et qui naissent enfin et grandissent

avec des mots pour langes –

des mots lourds encore de l’imprécision de l’alphabet,

et qui ne peuvent pas encore danser avec le vocabulaire,

n’étant pas encore aussi souples que les phrases ordonnées,

mais qui chantent déjà aux lèvres

comme un essaim de libellules bleues au bord d’un fleuve

salue le soir.

 

Paroles pour chant, dis-tu, paroles pour chant

      paroles pour chant, pour désigner

le frêle écho du chant intérieur

qui s’amplifie et retentit,

tentant de charmer le silence du livre

et les landes de la mémoire,

ou les rives désertes des lèvres

et l’angoisse des cœurs.

 

Et les paroles deviennent de plus en plus vivantes,

      que tu croyais en quête du Chant ;

      mais elles deviennent aussi de plus en plus fluides et ténues,

      comme cette brise qui vient des palmiers lointains

      pour mourir sur les cimes sourcilleuses.

      Elles deviennent davantage des chants,

      elles deviennent elles-mêmes – ce qu’elles ont toujours été

jusqu’ici , en vérité.

 

      Et je voudrais changer, je voudrais rectifier

et dire ;

chants en quête de paroles

pour peupler le silence du livre

et planter les landes de la mémoire,

ou pour semer des fleurs aux rives désertes des lèvres

et délivrer les cœurs,

ô langue de mes morts

qui te modules aux lèvres d’une vivant

comme les lames qui fleurissent les tombeaux.

 

Presque-Songes, p. 28-30

 

Ny tononkira

 

Tononkira, hoy hianao, tononkira,

ry tenin-drazako,

tononkira mba ho enti-milaza

ny hevitra efa notorontoronin’ny saina efa ela,

izay teraka izao ka mitombo,

mitanty teny…

tany mbola mavesatry ny fisalasalan’ny abidy

sy tsy mbola afa-miara-mandihy amin’ny teny fiteny

fa tsy mbolakinga toy ny firinfran’ny fehezan-teny,

nefa efa mihira eo amin’ny molotra

toa andian’angidi-manga eo amoron’ny ony.

Miarahaha ny hariva.

 

Tononkira, hoy hianao, tononkira

tononkira mba ho enti-milaza

ny ako malian’ny hira ao anaty

izay mitombo sy miraondraona

te-handrendrika ny fanginan’ny boky

sy ny efitry ny fahatsiarovana

na ny morona hain’ny molotra

sy ny taintainan’ny fo.

 

Ary mihavelona hatrany ny tonony,

izay ninoanao ho mikatsaka hira ;

saingy mihanaka ko aizy, ary miha-malia

izay maty ery an-tendro-mampipendrapendrana

tong aizy – izay tena izy

hatramin’izao – raha ny marina no lazaina.

Ary te-hanova aho, te-hanitsy

ary hilaza hoe :

hira mitady tonony

mba honina ao amin’ny fanginan’ny boky

sy hamboly ny efitry ny fahatsiarovana.

na mba hamafy voninkazo eo amin’ny morona hain’ny molotra

sy hanavotra ny fo,

ry tenin-drazako

mamelovelo eo ambavan’ny velona

tsy ny vahy, izay mamony eny ambony fasana.

 

Saky-Nofy, p. 124-125

 

Jean-Joseph RABEARIVELO

Six Poètes Malgaches

Textes malgaches choisis par

François-Xavier RAZAFIMAHATRATRA

 

 

 

Commenter cet article