Taro

Publié le par Alain GYRE

Le taro

Taro, talo, dalo, dago, aba, anega, aro, ma: autant de mots différents qui désignent tous une même plante qui, depuis des siècles, assure une bonne nutrition, ses tubercules et ses feuilles sont savoureuses.

Ses tubercules et ses feuilles recèlent des vitamines, des sels minéraux et de l'énergie dont l'organisme humain a besoin pour se maintenir en santé.

Le tubercule

1-taro-ou-sonje.jpg

Le tubercule, qui pousse dans le sol comme une racine, est une excellente source de calories, apportant à l'organisme l'énergie dont il a besoin pour conserver son dynamisme. Il constitue également un apport en fibres facilitant le transit intestinal.

Le tubercule est également une bonne source de calcium et de fer. Le calcium contribue à la robustesse des os et des dents et le fer, à la qualité du sang.

Les feuilles

1-taro-feuilles.png

Les feuilles de taro fournissent en grande quantité la vitamine A, nécessaire à une bonne croissance, à la santé des yeux et à la prévention des maladies. Elles contiennent également de la vitamine C et de la vitamine B2 (riboflavine). La vitamine C assure la résistance des tissus, aide l'organisme à assimiler le fer et en facilite les échanges chimiques; la vitamine B2, ou riboflavine favorise elle aussi la croissance et la vue.

Les feuilles de taro contiennent en outre de la vitamine B1 (thiamine) dont l'organisme a besoin pour assimiler les éléments énergétiques. Les feuilles de taro contiennent enfin d'intéressantes quantités de calcium et de fer.

Le tubercule et les feuilles de taro accompagnent bien le poisson et la viande, ou d'autres aliments protéiques, cette façon de s'alimenter permet d'absorber tous les éléments nutritifs dont l'organisme a besoin pour se maintenir en bonne santé.

Cuisson du taro

Le tubercule

C'est la méthode traditionnelle de cuisson du taro consistant à cuire le tubercule sans l'éplucher qui donne les résultats les plus savoureux. Mais selon les méthodes les plus courantes, le tubercule est grillé sur des pierres chauffées à blanc, rôti au four traditionnel, bouilli ou frit, ce qui évite la déperdition des vitamines que contient la peau.

Les feuilles

Les feuilles sont bonnes à manger, mais il ne faut choisir que celles dont les tiges sont vertes ou rouges (et non pas brunes ou violettes).

Les feuilles, comme le tubercule, risquent de provoquer des démangeaisons dans la bouche si elles ne sont pas convenablement préparées. Pour être sûr que cela n'arrive pas, il faut les faire bouillir rapidement une première fois, jeter la première eau de cuisson et refaire bouillir dans une petite quantité d'eau cette fois, ou de lait de coco. Si l'on accompagne les feuilles de taro d'un aliment gras, comme le lait de coco, le corps assimile mieux la vitamine A qui est également contenue dans les feuilles.

La tige

Les tiges vertes du vrai taro peuvent aussi ajouter un délicieux complément à tout repas.

 

Taro au lait de coco

Salade de taro à la fidjienne (Baseisei) 

Taro aux fruits de mer     

Soupe aux feuilles de taro

Poulet au taro  

Pudding de taro râpé à la tuvaluane

Feuilles de taro au lait de coco (Palusami à la samoane)

Publié dans Cuisine Malagasy

Commenter cet article