Le Zanahary donne au premier couple humain les outils du riz.

Publié le par Alain GYRE

226 Le Zanahary donne au premier couple humain les outils du riz.
Recueilli à Ivondro

(province de Tamatave)

 

RanalahyetRanavavyétaient,dit-on,lespremiershommes.

Ilsn'avaientpasdequoimanger;ilsremplissaientleurventreseulementavecduboispourrietdelaboue.            .

 Ravorombé,lefilsduZanahary,entretintsonpèredelasituationdecesdeuxmalheureuxépoux.

AlorsZanaharydécidadel'envoyersurlaterrepourparleràRanalahyetàRanavavy.

«Pourquoiagissez-vousainsi,leurdemanda-t-il? » 

«Nous sommes très malheureux répondirent-ils parce que nous ne trouvons pas de quoi nous nourrir. »

Ravorombé rapporta ces paroles à son père.

« Portez ces outils, dit le Zanahary et donnez-leur. »

« Voici les outils que le Zanahary vous envoie, dit Ravorombé en revenant sur la
terre, vous allez couper le gros bois avec la cognée, avec la hache vous couperez le petit
bois, avec l'angade vous enlèverez les herbes. »

Puis Ravorombé conduisit le couple dans la forêt et remonta vers le ciel.

Après une lune environ, tous les gros bois étaient à terre et les herbes enlevées.

Ranalahy et Ranavavy attendaient le retour du fils du Zanahary pour savoir comment
utiliser le terrain.

Ravorombé descendit de nouveau lorsque le bois et les herbes furent secs, et apporta
des grains de very (1).

Les deux époux furent très contents de revoir le fils du Zanahary et lui dirent :

« Nous avons terminé notre travail, comme nous ne savons plus quoi faire, nous attendons. »

Allons brûler les herbes, répondit Ravorombé, et après semons les grains de very dans le terrain.

Quand la rizière fut ainsi préparée, des grains de very restaient, Ravorombé les leur fit manger, après leur avoir montré la manière de les cuire.

Il fallut d'abord prendre un gros tronc d'arbre pour fabriquer un lempona (2) afin d'écraser le very, puis lorsque cette opération fut terminée, on fit cuire le very dans un morceau de bambou, et une bonne odeur s'en dégagea.

Comme ils ne connaissaient pas ce parfum, les deux époux se sauvèrent et Ravorombé les rattrapa et les obligea à goûter le very.

Après qu'ils en eurent avalé quelques bouchées ils vomirent; Ravorombé leur fit manger le reste quand même, alors ils transpirèrent et dirent :

 « C'est vraiment source de force. »

Maintenant que le couple était instruit, Ravorombé repartit vers le ciel.

Il donna ses dernières recommandations, expliquant à Ranalahy et à Ranavavy qu'il fallait enlever les mauvaises herbes qui pousseraient dans le very, et le protéger contre les sangliers et les po(3).

Une nouvelle récolte fut bientôt mûre, alors Ravorombé revint et apprit au couple à construire un trao (4) et à couper le very avec le kazima (5).

Puis il leur fit suspendre deux ou trois épris au coin des Ancêtres pour le Zanahary.

Ranalahy connaissait donc la manière de planter le very, de le soigner, de le récolter et de le faire cuire.

Un jour il alla dans la forêt pour chercher du bois à brûler.

Il y trouva quelques grains de very sur une grosse roche et les porta à la trano pour
les montrer à sa femme, en lui expliquant qu'il les avait ramassés sur une pierre.

Voilà, dit-on, d'où vient le nom de vary vato (riz à pierre.)

 

 

(1) Le mot very est un ancien mot malgache que ces Jeux époux employaient pour désigner le riz

(2) Mortier. En langue hova < laona

(3) Le po est un ancien mot pour désigner le fody, oiseau appelé cardinal.

(4) Ancien mot pour désigner le trano ( la maison).

(5) Petit couteau employé par les Betsimisaraka pour couper le riz.

 

 

Contes de Madagascar

Charles RENEL (1866 – 1925)

Librairie Ernest LEROUX

PARIS

 

Publié dans Contes de Madagascar

Commenter cet article