Lémuriens: 91% des espèces dans le rouge de l'IUCN

Publié le par Alain GYRE

Lémuriens : 91% des espèces dans la liste rouge de l’IUCN

     

 

Samedi, 14 Juillet 2012

Les chercheurs nationaux et internationaux réunis au sein de cet atelier ont reconnu l’existence d’une 103e espèce découverte à Marolambo-Est.

En termes de nombre d’espèces de lémuriens recensées, Madagascar est le deuxième pays au monde après le Brésil. Ce pays dispose de 132 espèces contre 103 espèces dans le territoire national. Par contre, la Grande Ile est le premier pays au monde à avoir un taux d’endémicité de 100% sur ces primates. Cela doit être une fierté nationale compte tenu de leur valeur symbolique pour le pays. Mais 91% de ces espèces de lémuriens figurent maintenant dans la « liste rouge » des espèces menacées de l’Union Internationale de la Conservation de la Nature (UICN). Le Dr Russell Mittermeier, Président de Conservation International, qui plus est, le Chairman du groupe de spécialistes des Primates de l’IUCN/SSC l’a évoqué hier à l’issue de l’atelier de travail sur la conservation des lémuriens à l’hôtel Carlton.

Véritable surprise. Cet atelier a réuni une quarantaine de chercheurs nationaux et étrangers spécialisés en matière de primatologie. Plus précisément, il y a 5 familles, 15 groupes et 103 espèces de lémuriens à Madagascar. « On a reconnu la 103e espèce, découverte à Marolambo-Est, lors de cet atelier », a-t-il soulevé. Et parmi lesquelles, 23 espèces sont considérées comme en danger critique d’extinction, 52 autres en danger d’extinction, 19 autres vulnérables et trois espèces sont quasi-menacées. Il n’y a que trois espèces qui sont classées dans la catégorie « préoccupation mineure ». C’est en nette augmentation comparée au dernier bilan évalué en 2005 car les espèces critiquement en danger étaient au nombre de 10 et ceux en danger étaient de 17. « Les résultats de notre atelier de travail sont une véritable surprise car ils montrent que Madagascar possède, de loin, la plus grande proportion d’espèces dans le monde. Nous pensons ainsi que les lémuriens sont probablement le groupe de mammifères le plus menacé », a révélé Dr Russell Mittermeier.

18 individus recensés. Ces chercheurs viennent d’identifier que l’Indri, le plus grand des espèces de Lémuriens dont la valeur symbolique est similaire au Panda en Chine, est entre autres en danger critique d’extinction. Il y a également le microcèbe de Madame Berthe ne pesant que 30g, soit le plus petit au monde, et le Maki aux yeux turquoise. Par contre, le lémurien le plus rare est probablement le Lépilemur du nord avec à peine 18 individus recensés. Force est de reconnaître que la dégradation de leur habitat constitue la principale raison de la disparition de ces espèces de lémuriens. Il s’agit, notamment de la déforestation, de la recrudescence des trafics de bois de rose, du non-contrôle des pâturages pour le bétail, de l’incursion des exploitants miniers dans les aires protégées, du problème des espèces envahissantes et du changement climatique. La chasse aux lémuriens n’est pas en reste. Par ailleurs, un plan d’action pour la conservation de ces primates a été établi dans le cadre de cet atelier en vue de trouver un financement. Le développement de l’industrie de l’éco-tourisme via la valorisation de notre biodiversité ainsi que celui de l’économie verte constituent une priorité.

Navalona R.

Midi Madagasikara

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article