Les Andriambo célèbrent la culture tanala

Publié le par Alain GYRE

Les Andriambo célèbrent la culture tanala

 1-tanala.jpg

Une des participantes déclamant un poème de Hery Mahavanona

 

 

La culture tanala a été à l'honneur lors de l'après-midi « Tolasangy » organisé par l'association des jeunes natifs d'Ikongo samedi après-midi au CEMDLAC Analakely. Une deuxième édition qui vient succéder au « Dika vahe » en octobre 2011 à l'Alliance française Andavamamba. Au programme, musique, chants, poésie et défilé de coiffures. L'objectif est de faire découvrir les aspects de la culture tanala. Mais dans la salle, presque tout le monde se connaît. Ils partagent en commun le fait d'être natif du pays tanalà ou le fait de s'être déjà rendu sur place. Un moment de retrouvailles chaleureux et convivial.

« Tolasangy signifie qu’on vient finir un travail commencé. Après un Dika Vahe, qui veut dire se débarrasser de tous les obstacles dans l'accomplissement d'une tâche, nous passons aux choses sérieuses » lance le président de l'association, Gildas Randria­nasolomana, dans son discours.

Sur scène, le groupe Haike distille une musique aux mélodies tantôt douces tantôt dansantes comme pour accompagner ce voyage au coeur du pays tanala. Après un Fagnobena, une sorte de salutation dansée suivre d'un Finaritre lahale, la formule de salutation, chantée à la quelle les invités ont unanimement répondu par un « Finaritra e! » avec le bon accent, place à la poésie. Les textes sont de Hery Maha­vanona, un enfant du pays, qui s'invite entre deux couplets. « Je te salue homme qui passe... Instant de partage... » donne le ton.

Sous le chapeau rond et sans bords, la coiffure des Tanala ne manque pas d'originalité. Une multitude de petites tresses arrangées de manière différentes, rangées sur les deux côtés ou lâchées. Un défilé de quelques minutes pour rappeler les spécificités de la coiffure dans le pays tanala. Et le voyage continue.

Démons­tration de tolona, danse traditionnelle et musique viennent alterner avec les poèmes de Hery Maha­vanona. Le tout dans une ambiance bon enfant où la solidarité est une valeur partagée de tous.

 

 

 

Domoina Ratsara

 

Lundi 14 octobre 2013

l'Express

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article