Les criquets menacent la sécurité alimentaire

Publié le par Alain GYRE

Catastrophe: Les criquets menacent la sécurité alimentaire

1-criquets.jpg

Les criquets étant déclarés calamité publique infestent les deux-tiers du pays

Après le désastre causé par les intempéries, les criquets menacent aujourd'hui les deux tiers du pays. Les moyens pour y faire face sont pourtant dérisoires.

«Près de 60% des Malgaches pourraient être menacés d'une nette aggravation de la faim, à cause de l'invasion acridienne. La FAO estime que les deux tiers du pays environ seront affectés par l'invasion acridienne d'ici septembre 2013, si aucune mesure n'est prise. Dans les régions méridionales, 70% des ménages souffrent déjà d'insécurité alimentaire » a fait remarquer, la FAO hier dans un communiqué. La Grande île a ainsi besoin de 22 millions de dollars d'ici juin pour commencer la lutte contre l'invasion des criquets qui menace les prochaines saisons culturales. « Cet appel lancé par la FAO demeure une action à moyen terme. L'urgence repose aujourd'hui sur le déblocage du financement pour lutter contre l'invasion acridienne, après le passage du cyclone Haruna. Les criquets commencent à faire des ravages à Morondava en passant par Ihosy et Ambovombe » a précisé René Walson John, directeur du centre national anti-acridien (CNA).
L'infestation des criquets menace ainsi 60% de la production rizicole.
Calamité publique
Mais il n'y a pas que les rizières qui sont en danger, les essaims de criquets dévoreront aussi l'essentiel de la végétation qui sert de pâturage. « Une incapacité à agir maintenant résultera plus tard, en des besoins massifs en assistance alimentaire» a souligné Dominique Burgeon, directeur de la division des urgences et de la réhabilitation au sein de la FAO.
Mais, vu l'évolution de la situation, cette menace risque de devenir réalité. En effet, le ministère de l'Agriculture a donné l'état d'alerte acridienne depuis novembre et déclaré calamité publique sur tout le territoire national. En décembre, le ministère a sollicité l'assis­tance financière et technique des bailleurs ainsi que la mobilisation des fonds. Mais la réalité est que les criquets envahissent aujourd'hui la partie méridionale de Madagascar, faute de moyens financiers. «Nous savons, par expérience, que cette invasion nécessitera trois ans de campagne antiacridienne. Nous avons besoin de fonds maintenant pour assurer les approvisionnements et organiser, dans les délais, les opérations aériennes de prospection et de lutte» a conclu Annie Monard, coordinatrice de la réponse antiacridienne à la FAO.

Vonjy Radasimalala

Mercredi 27 mars 2013

L’Express

 

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article