Les espèces endémiques de Madagascar

Publié le par Alain GYRE

Les espèces endémiques de Madagascar

Madagascar est une île dotée d’une richesse naturelle unique au monde. Son isolement pendant plus de cent millions d’années a favorisé le développement d’une faune et d’une flore très remarquable. Celles-ci sont en grande majorité unique en leur genre. Autrement dit le taux d’endémisme de ces espèces faunistiques et floristiques est très élevé. Sur l’ensemble des espèces végétales, un peu plus de 80 % n’existent que dans la Grande île ; et 90% des espèces animales ne se rencontrent dans aucune autre région du monde.

allée des baobabs 1  ADAmadINC04-copie-1.jpg

La flore malgache est très diversifiée et elle est estimée entre 8 500 à 12 000 espèces. Les espèces associées à l’image de marque du pays sont les six des huit espèces de baobabs connues et l’arbre du voyageur. Ces six espèces de baobab (appelé également arbre-bouteille) ne sont connues qu’à Madagascar. Ces grands arbres à tronc renflé se localisent essentiellement dans les régions sèches du sud et ils font le charme de la fameuse « allée de baobab » près de la ville de Morondava. Ces arbres ont la particularité d’avoir une grande longévité puisqu’ils peuvent atteindre 1 000 à 2 000 ans.

ravenala5  2-flamboyant1.jpg

Le ravinala ou l’arbre de voyageur et le flamboyant qui sont actuellement plantés dans presque tous les endroits de la planète sont originaires de ce monde à part. L’arbre du voyageur déploie ses longues feuilles étalées à l’extrémité des tiges en un vaste éventail plan. Il orne les montagnes et les collines malgaches.

1.jpg   2-nepenthes.jpg

Signalées à plus de 1 000 espèces, les orchidées sont également très représentées à Madagascar. Ces orchidées sont localisées dans les étendues forestières, qui sont encore relativement importantes dans la partie orientale de l’île. Avec des conditions climatiques plus rudes, le Sud de Madagascar a développé une végétation très originale. La formation végétale y est dominée par le bush composé essentiellement par des espèces épineuses à savoir le cactus, etc. et dominé par les baobabs. Parmi l’espèce la plus curieuse de cette région, on peut citer le népenthès, une plante carnivore. Les népenthès comblent les déficits en azote organique des sols pauvres de la partie sud dans laquelle elles poussent grâce aux insectes qu’elles piègent. Leurs feuilles se terminent en urnes qui piègent et digèrent des insectes. Ceux-ci glissent à l’intérieur à la recherche de nectars mais ils ne peuvent plus en ressortir. Ils y sont digérés par des enzymes puissants.

7-aye-aye.jpg  indri

 

La faune de la Grande île est aussi riche et variée que sa flore. Ce sont les primates et les caméléons qui constituent la vitrine de la faune malgache. Les primates sont représentés par les célèbres lémuriens tels que l’aye-aye (daubentonia madascariensis), l’indri, le maki ou lémur catta, le chirogale et le microcèbe murin, l’un des plus petits primates du monde et en même temps le plus petit lémurien. Sa petite taille lui a valu le surnom de lémur-souris ; ils sont absolument nocturnes.

 

 

Publié dans Tourisme

Commenter cet article