Les hain-teny p. 114 Thème du consentement (2ème partie)

Publié le par Alain GYRE

-Andriamanitra est le maître des époux.

Recherche de Zanahary.

Les gens du dehors sont bavards

Les gens de la maison aiment médire.

40        Ils souhaitent que nous ne soyons pas unis.

-Où est le philtre de désir ?

-Où est le philtre d’amour ?

-C’est au village de Peut-être,

A Ambohimanoa, loin

45        Car il pousse sur un rocher,

Nous avons au moins un bonheur :

Nous ne nous aimons qu’à moitié

Car  si l’on coupe le cœur, il souffre.

- Les tsikirity d’une même forêt

v.36. Andriamanitra : le Roi parfumé : primitivement l’esprit d’un roi et, par extension de sesn, un Dieu proche du Dieu chrétien.

v.37. Zanahary : mot à peu près identique de sens à Andriamanitra. Le sens est : »Dieu seul, peut unir les époux. Il nous faut rechercher si nous sommes bien destinés l’un à l’autre ».

v.44. Ambohimanoa : village dans l’Emyrne du Nors.

v.45. le sens est :il est difficile à atteindre.

v.46-48. « Nous pouvons encore renoncer sans peine l’un à l’autre ».

v.49. tsikirity : liane comestible (Mussoenda arcuta Malzac).

v.49-50. Le sens est : « Nous ne pouvons nous séparer tout à fait ; nous sommes les plantes d’un même champ ».il y a jeu de mots sur tsikirity et mandritika (honorer), sur seva et maneva (mépriser).

 

Tompom-bady Andriamanitra

Fila Zanahary

Ala-trano tia laza

An-trano tia tati-bolana

40        Satriny isika roa ka tsy miray

Aiza no misy ody hanina ?

Aiza no misy ody fitia ?

Any Sahabo no misy

Any Ambohimanoa ka lavitra

45        Fa ambony vato faniry

Soa ihany ny antsika roroa

Fa mifankatia mifanila

Fa  raha mamaky fo mankarary

Tsikirity iray ala

 

 

50        Les fleurs de séva d’un même champ :

             Celle qui m’a honoré, je l’ai honorée

            Celle qui m’a méprisé, je l’ai méprisée.

            Adieu, feuilles de l’anjavidy,

            Celle qui n’achète pas l’amour ne le possède pas.

55        Le fruit du rotra est sans déchirure

             Le fruit des petites herbes est mûr.

             Mais toi, Rafotsibe, tu resteras plantée comme un clou

             Car il n’y aura personne qui te désire.

.           Tous deux sur la colline, pourquoi nous menacer ?

60        Tous deux dans la plaine, pourquoi nous faire de l’ombre ? -

-Nous allons tous deux là-bas : pourquoi nous confier des messages?

-Pourquoi agir comme les lèvres :

Elles se rejoignent quand elles sont irritées ?.            

- Je vous aime.

65        - Et comment m’aimez-vous ?

 

v.50. séva :arbuste aux larges feuilles veloutées, aux fruitsen grappe de raisins.

v.53. anjavidy : sorte de bruyère. Il y a un jeu de mots sur anjavidy et mividy (acheter).

v.54. le sens est : celle qui ne fait rien pour être aimée…

v.55. rotra : l’acajou aux fruits rouges.

v.55-56. « Il y a d’autres femmes que toi, aussi parfaites que les fruits du rotra ou la riz ».

v.57. Rafotsibe : Celle-qui-a-beaucoup-de-cheveux-blans : nom de respect donné aux vieilles femmes.

V ;61. C’est-à-dire : « Nous vieillirons tous deux… ».

 

50        Vonin-tseva iray lohasaha

Nandritika ahy mba noritihiko

Naneva ahy mba nohevaiko

Veloma ry ravin’anjavidy

Fa raha tsy mividy fitia tsy mba manana

55        Tsy mba rotika ivoan-drotra

Masaka ivoam-pitik’ahitra

Hifantsika foana hianao Rafotsibe

Fa tsy hisy hila anao tsy akory

Nahoana no  samy an-tanety ka mifandrahona ?

60        Nahoana no samy an-dohasaha ka mifanaloka ?

Nahoana no samy ho  any ka mifanafatra ?

Nahoana no manao tahaka an-dramolotra

Ka tezitra vao mifanatona ?

Tiako hianao

65        Ary tianao tahaky ny inona ?

 

. Je vous aime comme l’argent.

            . Alors vous ne m’aimez pas ;

             Si vous avez faim

             Vous m’échangerez pour ce qui se mange.

70        . Je vous aime.

     .      Et comment m’aimez-vous

     .      Je vous aime comme le tabac.

            Alors vous ne m’aimez pas:

Votre amour suit votre salive.

75        . Je vous aime.

     .      Et comment m’aimez-vous ?

            . Je vous aime comme le tissu de rafia.

            . Alors vous ne n’aimez pas :

             Trois fois, on le revêt

80        Et pourtant il s’échappe.

             . Je vous aime.

            . Et comment m’aimez-vous ? 

             . Je vous aime comme le lambamena

             Alors vous ne m’aimez pas :

85         Nous mourrons avant de nous rencontrer.

     .      Je vous aime.

            . Et comment m’aimez-vous ?

 

v.74. Les merina prennent dans la bouche une pincée de tabac en poudre, et la crachent après quelques instants.

v.79-80. Le lamba de rafia est raide et se plie difficilement.

 

Tiako tahaky ny vola hianao

Izany tsy tianao aho

Fa raha noana hianao

Hatakalonao hanina

70        Tiako hianao

Ary tianao tahaky ny inona ?

Tiako tahaky ny paraky hianao

Izany tsy tianao aho

Fa ataonao fitia momba rora

75        Tiako hianao

Ary tianao tahaky ny inona ?

Tiako tahaky ny jiafotsy hianao

Izany tsy tianao aho

Intelo no tafina

80        Ka mievotra ihany

Tiako hianao

Ary tianao tahaky ny inona ?

Tiako tahaky ny lambamena hianao

Izany tsy tianao aho

85        Fa efa maty vao mihaona

Tiako hianao

Ary tianao tahaky ny inona ?

 

            . Je vous aime comme la voatavo :

               Fraîche, je vous mange

90        Sèche, je fais de vous une tasse

            Cassée, je fais de vous un chevalet de valiha

            Je jouerai légèrement au bord des routes

             Tous ceux qui passent l’entendent.

.           C’est maintenant que vous m’aimez tout à fait.

 

v.88. voatavo : sorte de citrouille à l’écorce épaisse.

v.91.valiha : instrument de musique

 

Tiako tahaky ny voatavo hianao

Lena hianao haniko

90        Maina hianao ataoko zinga

Vaky hianao ataoko toham-baliha

            Hotendreko eroa amoron-dalana

Izay olo-mandalo mandreny avokoa

Izany aho vao tianao tokoa

 

 

 

Les hain-teny merina

Jean Polhan

Edition Paul Geuthner

1913

 

 

Publié dans Hain-teny

Commenter cet article