Les makis massacrés

Publié le par Alain GYRE

Biodiversité : Les makis massacrés

La viande de lémuriens est très prisée par les orpailleurs

La plupart des primates de Madagascar risquent de devenir une légende. La chasse et la destruction de leurs habitats se poursuivent.

Les habitants d'une commune localisés dans le district de Moramanga consomme en moyenne 500 à 1 000 kilos de viande de lémuriens chaque année. Cette quantité équivaut à une centaine de lémuriens disparus chaque année, toutes espèces confondues, dans cette seule commune », a fait savoir Hanta Julie Razafimanahaka, directeur de Madagasikara Voakajy, hier, lors d'un atelier pour réévaluer la vulnérabilité des espèces de lémuriens de la Grande Île au Carlton Anosy.
À l'entendre, cette situation demeure dépendante du pouvoir d'achat du ména­ge qui n'a pas connu de gran­de amélioration depuis 2008, année où a commencé un suivi systématique de l'évolution quantitative de lémuriens dans cette commune.

En toute discrétion

Et la chasse s'accentue aujourd'hui avec la prolifération de l'exploitation aurifère artisanale dans la forêt. « Les gens choisissent d'acheter un lémurien même s'ils préfèrent le goût du plat d'un animal domestique selon nos enquêtes. Car un Indri-indri pesant dix kilos peut rassasier six à sept personnes même s'il coûte 10 000 ariary l'unité , tandis qu'un poulet d'un kilo coûte 6 000 ariary. Et ce sont les exploi­tants aurifères illicites qui constituent les principaux consom­- mateurs. Ce marché se fait en toute discrétion même si les autorités seraient au courant de ce trafic », a t-elle expliqué.
La méthode employée pour chasser ces espèces endémiques de Madagascar dépasse également l'entendement pour une âme assez sensible. Les chasseurs utilisent toujours les mêmes méthodes entre autres un fusil de chasse artisanal et un piège à lémurien pour les capturer. « Une femelle allaitant ses progénitures accompagnée par son compagnon a été abattue froidement par un chasseur récemment. Les maigres viandes des bébés lémuriens ont été ensuite offertes gratuitement à l'acheteur avec le couple », relate le directeur.
Jonah Ratsimbazafy, enseignant chercheur à l'uni­versité d'Antananarivo et spécialiste des primates, ne peut que tirer la sonnette d'alarme face à cette situation. « 15% de nos lémuriens sont sur le point de disparaître. Pourtant 43% de ces espèces demeurent inconnues et la destruction de leurs habitats et la chasse qui s'accentuent fragilisent les lémuriens au fil des jours », a t-il conclu.

Vonjy Radasimalala

Mardi 10 juillet 2012

L’Express

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article