Les trafics de tortues s'amplifient

Publié le par Alain GYRE

Les trafics de tortues s'amplifient

(06-07-2012) - Après les bois précieux, voilà que les tortues sont aussi trafiquées.

Selon WWF Madagascar et Océan Indien, les villages de pêcheurs du littoral Sud de Madagascar (Itampolo, Androka, Antsikoroke…) ont fait état d’un phénomène alarmant, ces dernières semaines : le trafic de tortues de mer qui s’ajoute à celui des tortues terrestres.

Tout a débuté au début du mois de juin 2012, quand le maire d’Androka a signalé la présence de trafiquants de plastrons de tortues de mer dans sa circonscription. Le plastron est la partie ventrale et plate de l’animal, très prisée par les consommateurs. Des carapaces de tortues de mer ont aussi été retrouvées autour du village d’Androka. Les enquêtes ont mené à l’arrestation d’une femme qui, à son tour, a dénoncé quatre autres personnes. Ces dernières ont confirmé l’existence du trafic et du réseau, actif depuis janvier 2012.

D’après les investigations, l’on sait que les produits sont livrés à un ressortissant chinois de Toliara, le prix du kilo de plastrons variant entre 25 000 et 35 000 Ar par kilos. A chaque livraison, une quarantaine de kilos de plastrons sont vendus et acheminés hebdomadairement par pirogue ou par taxi-brousse. La pêche des tortues marines est donc devenue une activité première pour les pêcheurs de la région. Non loin de là, à Antsikoroke, l’on estime qu’au moins cinq tortues marines sont tuées toutes les semaines et qu’environ 50% des pêcheurs se sont lancés dans la pêche aux tortues, en utilisant des filets spécialement confectionnés à cet effet. Tous les mois, une dizaine de pirogues quittent le village à destination de Toliara où les tortues de mer sont vendues.
Mais cette activité illicite est parfois protégée par le silence des villageois, comme c’est le cas à Ambohibola. La présence d’un tel trafic a été fortement niée par certains pêcheurs bien que l’on ait retrouvé des carapaces de tortues de mer , entassées et brûlées.

Par ailleurs, le trafic de tortues terrestres continue toujours. Au début du mois de juin, les villageois d’une communauté de base de Zoenarivo, non loin d’Itampolo ont signalé la présence de braconniers de tortues terrestres qui furent par la suite arrêtés par la gendarmerie. Cinq sacs de tortues terrestres ont été retrouvés, mais les braconniers ont réussi à prendre la fuite.

La gendarmerie a transféré les tortues en zone forestière, avec l’appui du WWF, de Madagascar National Parks, des communautés de base et des autorités de Zoenarivo.

Les enquêtes continuent actuellement jusqu’au démantèlement du réseau. Les communautés locales d’Ambohibola, à travers les comités de gestion des ressources naturelles, prévoient de porter l’affaire auprès du Tribunal : en effet, une forte majorité des membres de ces communautés souhaitent en découdre avec ces infractions, malgré quelques réticences que les prochaines sensibilisations vont sans doute raisonner. « Cette mission conjointe des entités directement impliquées à l’application des législations de la pêche semble bénéfique et renforce les comités de gestion dans leurs initiatives. D’autres missions conjointes sont prévues avant la fin de l’année au Sud et au Nord de Toliara, ainsi qu’une grande opération de sensibilisation », explique Gaétan Tovondrainy, chef de projet de WWF dans le Sud de Madagascar.

Le Coordinateur du Programme Marin, Harifidy Ralison, soutient : «Il devient très pressant d’établir à partir de maintenant une collaboration très étroite entre les agences gouvernementales, ONG et communautés locales pour trouver ensemble des solutions appropriées face à la recrudescence de l’exploitation illégale de nos richesses naturelles. Ces solutions devraient également tenir compte du niveau exceptionnel de paupérisation associée aux conditions actuelles qui incitent largement à la corruption ».

La collaboration des communautés de base n’est pas à négliger : malgré l’étendue du défi, les villageois ne font pas économie de leurs efforts. « Dans le Sud, la réduction drastique des populations de tortues ces dernières années a amené certaines régions comme la Région d’Androy à mettre en place une «lilintany », un engagement solennel à mettre fin à tout trafic de tortue dans cette région, une initiative louable que d’autres régions peuvent s’inspirer », conclue Tiana Ramahaleo, Coordinateur du Programme Sciences de la conservation et Espèces, de WWF.

Recueillis par Solofo Andrianjakarivelo

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article