Lianes: 9% de la flore et à usages multiples

Publié le par Alain GYRE

Lianes: 9% de la flore et à usages multiples       

Jeudi, 08 Mai 2014

L’igname ou « oviala », du nom scientifique Dioscorea spp et qui fait partie des lianes possède jusqu’à 33 espèces autochtones selon la base de données catalogue du projet Vahinala du Missouri botanical garden (MBG). D’aucuns connaissent la riche composition de ce tubercule pour l’alimentation humaine. En fait, les lianes constituent environ 9% de la flore de Madagascar toujours d’après les données catalogue du MBG. Plusieurs plantes comestibles sont catégorisées comme des lianes. Elles sont de la famille des cucurbitaceae. Citons le « voatavo », le « voatango », la cristophine ou « saosety », la patate douce. Bref, les lianes sont représentées dans plusieurs familles végétales. Les profanes doivent quand même faire attention étant donné que de nombreuses lianes sont toxiques.  Sinon, certaines lianes sont utilisées comme fourrages pour nourrir les animaux domestiques. Cette fois-ci, il s’agit de la plante entière ou du tubercule. Par ailleurs, les lianes sont notamment utilisées en médecine. C’est le cas du fameux « vahinamalona » ou Vanilla madagascariensis. Cette plante endémique guérit certaines fatigues et elle a également des vertus aphrodisiaques.

Les lianes jouent aussi un rôle majeur dans la construction des cases utilisant les écorces ou les jeunes tiges pour attacher les toitures en « ravinala » par exemple. Quant aux tiges de « vahipika » ou Flagellaria indica, elles servent à tisser des paniers. En fait, les lianes se prêtent à des multiples usages dont la fabrication de teinture, la santé et le bien-être à travers la décoction de feuilles mises dans un bain. Les lianes sont aussi des plantes d’ornementation. Il y a les bougainvilliers, les jasmins de Madagascar ou Jasminum sp. et les « laingomaimbo » ou Paederia sp. D’aucuns se rappellent que les lianes ou « vahy » en malagasy sont connues comme moyen de déplacement de Tarzan, le personnage de fiction connu mondialement qui affectionne la forêt tropical d’Afrique. C’est une plante grimpante ou rampante, herbacée ou ligneuse et à tige particulièrement souple. Elle se sert d’autres végétaux ou d’autres supports verticaux pour monter vers la canopée et pour bénéficier donc d’un meilleur ensoleillement. Certaines poussent à partir du sol vers le ciel tandis que d’autres pourraient prendre racine sur d’autres plantes de façon temporaire (hémi-épiphytes) ou durant toute leur vie (épiphytes). Les forêts intactes ou originelles sont pourvues de nombreuses lianes ligneuses ou herbacées.

 

Soulignons qu’il existe aussi des lianes qui se présentent comme des plantes envahissantes en forêt secondaire. Prenons l’exemple du « taikilotra » ou Mucuna pruriens et du « vahimbalaina » ou Merremia peltata. Notons que le projet Vahinala cité ci-dessus tire son nom de la liane qui relie les arbres de la forêt et part à la conquête des cimes tout comme la base de données de MadCat ou Vahinala. Celle-ci réunit toutes les informations floristiques sur une seule ressource électronique.

 

Pour avoir accès à la base de données catalogue de MBG : http://www.tropicos.org/Project/MADA

 

Recueillis par Fanjanarivo

La Gazette

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article