Littérature: Lydiary pose sa plume

Publié le par Alain GYRE

Littérature : Lydiary pose sa plume

Elle a vécu une vie intense où la littérature était comme une première peau, Lydiary vient de s'éteindre dimanche. Une perte considérable pour la culture malgache.

La littérature malgache vient de perdre l'une de ses illustres plumes. Dimanche dans l'après-midi, Marie Lydia Razaiarimanana, ou Lydiary pour la plume, s'en est allée à 65 ans. Un repère pour la nouvelle génération de femmes et d'hommes de lettres du pays. C'est notamment grâce à cette artiste émérite que le Faribolana Sandratra, une association des poètes malgaches, a vu le jour.
« Nous étions sept hommes et elle a été la seule femme. Parmi nous se trouvaient Elie Rajaonarison, Nalisoa Ravalitera, Niry-Solosoa ... qui ont monté l'association », rappelle Solofo José, homme de lettres et mari de la défunte. Entendre ses proches, c'était même dans la nature de Lydiary d'être au milieu des défis. Pour Gabrielle Ramasi­arimanana, elle se souviendra toujours des derniers jours de sa sœur.
Acharnée de la plume
« Elle ne reculait pas devant son mal, c'est moi qui transcrivait ses pièces tandis qu'elle dictait sur son lit. Quand on l’interrompait pour prendre le repas, elle entrait dans une telle colère », se rappelle t-elle. Des moments où l'intensité du geste et la volonté ultime l'emportaient toujours sur le combat contre la maladie. Seuls, les hommes et les femmes qui vouaient une passion unique pour la littérature le pouvaient.
Dans sa demeure à Ampefi­loha, la consternation est palpable chez ceux qui ont accouru dès la nouvelle annoncée. Paradoxe de la vie littéraire, la dernière épisode de la pièce radiophonique « Ry Belazao », a été rediffusée hier sur une chaîne privée de la capitale. Car l'une
des figures de proue de la poésie de ces dernières décennies affectionnait surtout d'écrire des scénarios.
Que ce soit pour la radio ou pour le cinéma. « Elle a écrit des scénarios comme Jabajaba, sur le Sida, Ombon'ady et An'iza aho , un film dont elle a écrit le scénario qui allait l'emmener à Beijing », ajoute Solofo José. Si le programme ne change pas, la dépouille de Lydiary quittera son domicile à Ampefiloha le mercredi à 14 h. Après la messe à l'Ekar Ambatonilita, elle sera inhumée à Itaosy Andrambato.

Maminirina Rado

Mardi 11 septembre 2012

L’Express

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article