Littérature orale : Le hainteny à remettre au goût du jour

Publié le par Alain GYRE

Littérature orale : Le hainteny à remettre au goût du jour

1-hainteny2.jpg

Le slam se rapproche plus ou moins du hainteny

1-hainteny3.jpg

A l'occasion du centenaire de l'édition des Hainteny merina par Jean Paulhan, l'élite malgache se penche sur la réappropriation de ces trésors culturels.

2013 sera marquée par la célébration du centenaire de l'édition des Hainteny merina par Jean Paulhan. Une année qui veut surtout se dérouler sous le signe de la réappropriation de ces richesses que sont les hainteny. Le lancement de l'événement aura lieu le 24 mai prochain à l'Académie malgache à Tsimbazaza et les travaux se pencheront sur la valorisation et l'enrichissement de ces « joutes oratoires poétiques ».
L'un des défis, dans le cadre de ce travail, relève de la collecte des hainteny, toujours pratiqués dans des régions de Madagascar. Auparavant qualifiés de « proses poétiques » (Baker, 1832), de littérature proverbiale (Freeman, 1838, Webber, 1835) ou simple figure de style (Griffiths, 1854), ces « poèmes de joute oratoire » merina ont bel et bien des équivalents dans les régions dont le « jijy », ou encore le « beko ».
Le réaménagement du hainteny, avec l'introduction du malgache officiel (la langue officielle que tous les Malgaches partageront), est à envisager. Les hainteny ont une réputation d'obscurité et il s'avère même que pour les comprendre, il faut avoir une « très bonne connaissance de l'ancienne culture malgache et de son évolution historique ». Un autre défi à relever.
La forme actuelle
Dans une société tournée vers le toujours plus vite, le hainteny risque de devenir du folklore. Aujourd'hui, les choses dites semblent vouloir être directes. Plus besoin des « Iry tanety iry tanetim-boahangy/Ny tanako iray maka manta/Ny tanako iray maka masaka/Izaho tsy ory amin’ny tanin’ny tiako ». Trop lourd pour une jeunesse qui voit les textes de plus en plus cybernétiques faits de « Lol » et de « Ptdr ». 
Le rappeur, connu sous le nom de scène d’Agrad, plaide pourtant en faveur du hainteny. 
« De nos jours, c'est la manière détournée qui est nécessaire. Les gens sont stressés par le quotidien, alors ils sont très sensibles, il ne faut pas trop les bousculer avec le parler direct », note-t-il. 
Dans le hainteny, la chose culturelle a donc traversé toutes les époques. Mais les nouvelles mœurs ont mis à mal son usage. 
« Nous avons toujours, et plus que jamais, besoin du hainteny. Étymologiquement, comment est formé ce mot ? Nous utilisons notre langue dans son aspect dévalorisant, oubliant qu'il faut la connaître dans sa dimension intelligente », souligne Beby Rajaonesy, maître de conférences à l'Université d'Antananarivo. 
Les défenseurs des hainteny s'étalent décidément sur toutes les générations. Affirmer que le hainteny n’est plus réservé qu'au folklore c'est se tromper de long en large.
Orientation
À notre époque, le slam semble être le plus proche dans l'utilisation du hainteny. Plus libre dans l'expressivité, ce genre contemporain se rapproche plus du rap que de la poésie. Il est plus recherché que le hip hop, plus raffiné même. 
A l’instar de l'exemple suivant. « Que les paroles fleurissent comme au printemps/Une révolution a lieu dans toutes mes pensées/Et les lettres me brûlent comme le soleil d’été …  », extrait des dix meilleurs slams d'un cours organisé par une grande télévision française. 
Ce côté raffinement, le hainteny le dispute au slam. C'est ainsi que l'intelligence des mots, d'une langue en sus, semble s'exploiter.     
En un siècle, le hainteny croit au pari d’un retour en force. Les domaines où il peut s’épanouir restent infinis. 
« Évoquer le hainteny, c'est entrer dans le développement de la langue, l'artistique », ajoute Beby Rajaonesy. Un champ aussi large qu’ardu. 
Manque de moyens, les chercheurs et les universitaires malgaches y sont souvent confrontés. Manque de volonté d'une politique langagière, le pays souffre de cette léthargie depuis des décennies. Orientation des jeunes vers le rapprochement avec leur langue mère et leur langue nationale : la génération actuelle se voit submergée par la montée en puissance des nouvelles technologies. De quoi inspirer quelques tirades de hainteny. 

Maminirina Rado et Domoina Ratsara

Samedi 11 mai 2013

L’Express

 

Publié dans Hain-teny

Commenter cet article