Littérature : Rima sort Nofy-Tiako

Publié le par Alain GYRE

Littérature : Rima sort Nofy-Tiako

 

1-rima.jpg

 

Le poète antsirabéen, Rima, lors de la présentation de son recueil au CEMDLAC Analakely hier après-midi

 

Un jeune poète vient de réaliser son rêve. Rima sort Nofy-Tiako, dans lequel il chante l'amour et dénonce les injustices.

 

Herimanjaka Tsilavo Manantsoa alias Rima, un poète originaire d'Antsirabe issu du Faribolana Sandratra de la région, vient de sortir son premier recueil, Nofy-Tiako. La présentation a eu lieu hier après-midi au CEMDLAC Analakely. Couplé à l'anniversaire du poète, l'événement a pris l'allure d'une grande fête plutôt que d'une déclamation poétique.

Sur scène, le poète est couché, couvert d'un plaid de la tête au pied. Autour de lui, ses camarades des autres branches d'Antananarivo, d'Antsirabe ou encore de Toamasina se succèdent pour donner vie à ses poèmes. À part son talent pour l'écriture, Rima est un artiste complet. Acteur de film et de roman photo, il excelle dans les jeux de scène.

Ra-Phi, son mentor, a félicité son élève pour sa rapide montée des marches. Rima a déjà publié dans de nombreux recueils collectifs dont Saha-pitia, Rentirenty, Manadala ou encore le dernier Bolongam-bolana en février 2012. Du haut de ses 28 printemps, le jeune poète cultive l'excellence. Couverture cartonnée, papier glacé. La classe au rendez-vous. Il faut vraiment avoir les moyens pour atteindre un tel résultat. Il l'a fait.

Universel

Dans ses textes, Rima est un touche-à-tout. Il parle d'amour, de la vie de tous les jours ou encore de politique. Il adopte un ton plus dénonciateur quand il parle de politique. La douceur prend le dessus quand il parle d'amour. Dans Velirano, il évoque l'attachement du Malgache à ses racines tandis que dans Tompo ô !, il critique l'attitude des politiciens avant d'ironiser sur les incohérences et les déboires du régime de la Transition dans Ho ankolafy iray.

Dans une série de « prières », le poète exprime son désespoir et exaspération face à une situation sans issue. Un cri de désespoir, comme pour sortir la majorité de la profondeur abyssale de la pauvreté. Dans Antsirabe, il rend hommage à sa ville natale. Une belle ville où il fait bon vivre. Pour ensuite terminer avec Tiako ianao ry taniko, pour témoigner son patriotisme et son attachement à son pays.

 

Domoina Ratsara

 

Jeudi 12 septembre 2013

L’Express

Publié dans Revue de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article