Livre : Cyprienne Toazara, des beaux contes

Publié le par Alain GYRE

Livre : Cyprienne Toazara, des beaux contes

 1-auteur.jpg

Cyprienne Toazara a écrit des contes bien malgaches dans la langue de Molière

 

Une auteure malgache fait véhiculer des contes malgaches dans la langue française. Mais avec la plume d’une authentique malgache.

 

Des personnages attachants, étranges mais intéressants, avec des noms curieux ou juste peu communs. Des histoires qui donnent cette proximité avec notre identité, car il y a des bribes de mots malgaches, dans les noms, dans les lieux et un peu partout dans les textes. Sans oublier l’environnement merveilleux tout en étant naturel. Cyprienne Toazara est une écrivaine malgache avec un talent incroyable pour les contes pour enfant. Incroyable, le mot est approprié car les contes sont des élans de créativité pour l’auteure, mais également d’ouverture et de surprise pour les enfants. Une imagination sans borne, « incapable de relire un conte deux fois », avoua-t-elle, toujours prête à apporter une nouvelle touche ou une touche personnelle à une autre histoire.

Elle a vécu auprès d’un père avec des dons de narration et une imagination d’histoires, des personnages avec des vies rocambolesques. Le talent s’est vu transmis à cette auteure mais encore, les œuvres sont écrites, de ce fait elles restent gravées. Et la littérature française reste un merveilleux outil pour véhiculer les contes. Elle a été «bonne en rédaction» depuis toujours. La publication de ses écrits n’était qu’une suite logique.

Le monde des enfants

Les récits de cette auteure ravissent les enfants à un point qu’on ne saurait décrire, car ils sont aussi fascinants vis-à-vis des adolescents qui en ont eu quelques échos, et peuvent peut-être trouver autant de popularité auprès des adultes.

Les œuvres parues de l’auteure sont « Soza le pêcheur» aux éditions Prédiff,

« Doublement un » éditions Sépia, « Antalaha le 26 juin 1960 » aux éditions Prédiff, « La lettre de tany » aux éditions Tsipika, et « Petit-Hira Lit » avec une autre auteure, Seheno Rabearimanana, ce dernier ouvrage est un livre didactique, destiné à l’enseignement du français. Ayant raflé un bon nombre de prix, Cyprienne a été sacrée Chevalier des arts et lettres de la culture.

Parfois amenée à enseigner dans des régions reculées, loin d’être découragée par l’absence de structure, elle a elle-même imaginé des textes, des animations pour faire travailler ses élèves. Même dans les régions où les enfants sont « coupés du merveilleux », Cyprienne a fait découvrir les contes et aussi des marionnettes. Cette expérience l’a particulièrement touché, elle a une préférence pour le travail avec les enfants, très heureuse de leur faire part de ses histoires.

Certains de ses textes sont déjà apparus parmi les textes à traiter dans les examens officiels. Le souhait d’apporter de l’aide dans l’apprentissage des enfants a aussi amené à la réalisation du Petit-Hira Lit. Elle a passé une grande partie de sa vie à enseigner le français dans des écoles partout à Madagascar, aussi bien les enfants que les lycéens. Elle a aussi animé des émissions à la radio, et continue aujourd’hui à faire des activités de cet ordre, notamment les ateliers d’écriture. Elle ne cesse de partager son expérience.

 

 

Niry Ravoninahidraibe

 

Mardi 27 août 2013

L’Express

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article