Lutte antiacridienne : Il reste à trouver 17,7 millions US$

Publié le par Alain GYRE

Lutte antiacridienne : Il reste à trouver 17,7 millions US$           

Vendredi, 07 Mars 2014

 

Si le financement disponible à l’heure actuelle (26 millions US$) dépasse les besoins pour la 1ère campagne 2013-2014, il reste à trouver 17,7 millions US$ pour boucler le financement des 3 campagnes nécessaires.

 

Celles-ci permettront au pays d’enrayer l’invasion acridienne qui a sévi dans plusieurs régions depuis environ 2 ans. Hier à la FAO lors de la restitution des interventions engagées depuis l’année dernière, le ministre de l’Agriculture, Roland Ravatomanga a déclaré : « Nous sommes confiants en ce qui concerne cette 1ère campagne de lutte contre l’invasion acridienne. 250 000 ha ont été traités mais en mobilisant 3 hélicoptères et un avion, nous atteindrons l’objectif. Ces appareils peuvent, en effet, traiter 10 000 ha par jour ». Notons que pour cette 1ère campagne qui va jusqu’en septembre prochain, il faut traiter 1,5 million d’ha. La 2ème campagne 2014-2015 traitera 600 000 ha, contre 160 000 ha pour 2015-2016, date à laquelle le pays devrait aller vers la rémission. Par la suite, on ne devrait plus traiter que 50 000 ha par an si le pays veut éviter une nouvelle invasion. Bref, le traitement régulier et à temps coûte nettement moins cher et évite l’invasion. Seulement, les bailleurs de fonds traditionnels ont cessé de financer la lutte de 2009 à 2012 selon le ministre.

 

Et lui de préciser : « Nos propres ressources sont insuffisantes pour la lutte antiacridienne parce que l’invasion a persisté sur quelques années. Nous avons besoin de financements extérieurs. Mais si la croissance économique reprend, nous pourrons nous occuper entièrement de la lutte d’ici 5 à 10 ans ». Il faut quand même rappeler que si les bailleurs étaient absents entre 2009 et 2012, l’Etat aurait quand même pu éviter l’invasion acridienne avec des choix budgétaires judicieux. Mais ce n’était pas le cas : il a décidé de construire, par exemple, de nouvelles infrastructures sociales qui ne répondent pas aux besoins de la population, il dilapide des montants énormes dans les subventions pour le secteur énergie mais qui ne rapportent rien aux pauvres, il dépense des chèques carburant à tort et à travers car au lieu de consommer 28 milliards Ar par an selon les calculs du Trésor public, il dépense jusqu’à 70 milliards Ar par an… Le financement manquant pour les 2 prochaines campagnes acridiennes représente environ la moitié des chèques carburant engloutis annuellement et inutilement par l’administration.

 

En attendant, de nombreuses localités situées dans le Melaky, la Haute-Matsiatra et l’Ihorombe, se plaignent encore d’invasion ou d’infestation acridienne. Le ministre rassure toutefois : « On ne peut pas tout faire en un mois mais nous sommes confiant quant à l’efficacité de la lutte menée depuis l’année dernière ». Comme il s’agit de faire face à une invasion, seuls les pesticides sont efficaces. Mais grâce à l’expertise de la FAO, l’équipe malagasy essaie de minimiser les dégâts sur la santé humaine et l’environnement. Ainsi, il faut 1 litre de pesticide pour 1ha. Utiliser cette quantité presque infime sur une vaste superficie exige des matériels performants et des techniques spécifiques. D’où l’importance du volet formation dans la lutte antiacridienne. Sinon, les aires protégées sont uniquement traitées avec des biopesticides pour préserver la faune et la flore.

 

Fanjanarivo

La Gazette

Publié dans Revue de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article