Lutte antiacridienne: Le Vakinankaratra en bénéficie

Publié le par Alain GYRE

Lutte antiacridienne: Le Vakinankaratra en bénéficie       

Samedi, 17 Août 2013

A cause de la recrudescence de l’invasion des criquets, la Grande île est menacée par l’insécurité alimentaire. De plus, plusieurs régions ont été victime de ce fléau depuis quelques mois. Mais très peu de régions ont bénéficié de la lutte antiacridienne à cause des coûts considérables de la campagne.

Cependant, la région Vakinankaratra a bénéficié de cette campagne depuis mercredi dernier. En commençant par le district de Mandoto où près de 26.000 litres de pesticides ont été déversés sur les surfaces infectées. Pour ce faire, des personnes ont été mobilisées ainsi que des véhicules et des motos. Cette action concerne  le traitement au sol avec des pulvérisateurs.

Selon les informations reçues, Madagascar doit débloquer un fonds d’urgence de 2 milliards d' ariary pour la stratégie nationale d’urgence de lutte antiacridienne. Mais en attendant le déblocage des fonds des bailleurs, les institutions concernées essaient de déployer leurs efforts et leurs atouts en collaborant avec le ministère de tutelle.

Faut-il rappeler qu’en mars dernier, plus du tiers de la surface de la Grande île a été infectée et bientôt, les 2/3 restant seront menacées d’ici septembre si aucune disposition antiacridienne n’est prise. La campagne indique que 1,5 million d’hectares seront traités en 2013-2014, 500.000 hectares pour la période suivante et 150.000 hectares au cours de la troisième et dernière année d’intervention selon les informations publiées par le ministère de l’Agriculture. 

Notons que la contribution à l’arrêt de la recrudescence de ce fléau permet de réduire et d’éviter des dégâts aux cultures et aux pâturages, et de revenir à une durable rémission acridienne grâce à une campagne de mise en œuvre dans le respect de la santé humaine et de l’environnement. La lutte  antiacridienne contribue également à la préservation de la sécurité alimentaire du pays, notamment celle des populations rurales du Sud et du Sud-ouest, la zone la plus concernée par la recrudescence acridienne.

R.V.

La Gazette

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article