Lutte contre le travail des enfants: Former les jeunes adolescents

Publié le par Alain GYRE

 

 

Lutte contre le travail des enfants: Former les jeunes adolescents     

 

Jeudi, 13 Juin 2013

 

La lutte contre le travail des enfants prend une ampleur monumentale pour un pays comme Madagascar.

 

Nombreux sont les blocages qui nous empêchent d’atteindre ce but ultime : dire non au travail des enfants, à l’image de la pauvreté extrême de la            population.                                                                                                                                                       

 

Ayant pris en compte les difficultés que rencontre l’île dans cette lutte, la plateforme de la société civile pour l’enfance (PFSCE) a lancé officiellement un nouveau projet hier qui vise à des formations professionnelles des travailleurs mineurs à Antananarivo.

 

En partenariat avec RTM (volontaires du monde) et la province de Modena à Paris, l’objectif principal est de promouvoir les droits des enfants et contribuer à la lutte contre l’exploitation et le travail des enfants en les insérant dans le milieu de travail par le biais de ces formations. Les bénéficiaires de ce projet sont essentiellement des jeunes insérés dans les centres et associations partenaires de la PFSCE, âgés de 14 à 18 ans, dans des situations difficiles et ne pouvant plus être intégrés dans le circuit scolaire.                                                                                                                                               

 

Les formations s’étalent sur diverses thèmes et filières tels que l’entrepreneuriat, l’initiation à l’informatique, la restauration, l’ouvrage bois métallique, coiffure, coupe et couture... Tous les frais dans le cadre de la formation sont pris en charge par le projet ainsi que le kit matériel post formation pour chaque jeune. Rappelons juste qu’en 2007, 1.873.000 enfants étaient engagés dans des activités lucratives.

 

Ce projet est le bienvenu car la pauvreté de notre île oblige certains parents à faire travailler leurs enfants, ces derniers méritent au moins un avenir décent, et cette formation est un outil pour arriver à cette fin. Que ces jeunes ne soient pas ainsi impliqués dans les pires formes de travaux telles que la prostitution, les travaux de mine, ou d’autres travails qui pourront mettre en danger leur santé.

 

Ce projet bien qu’ambitieux ne concerne qu’une infime partie de la population concernée. Cela sous-entend que la lutte contre le travail des enfants est encore de longue haleine.                                                                                                                                                  

 

Les jeunes sont les piliers de notre pays et si la plupart d’entre eux vivent encore dans l’exploitation (sexuelle), d’autres mendient dans les rues. D’ici quelques années  notre pays sera peuplé de prostitués et de brigands. Il est certainement temps pour nous de prendre en main l’avenir de notre nation à travers celui de nos enfants.

 

Yanne Lomelle

La Gazette

 

Publié dans Revue de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article