Madagascar lance le système Maproom

Publié le par Alain GYRE

  Madagascar lance le système Maproom

 

Lecture rapide

 Madagascar a adopté le système de prévisions en ligne Maproom, qui assure une diffusion élargie de l'information climatique

La technologie permet l'actualisation en temps réel des données climatiques recueillies à l'échelle du pays

Elle devrait s'adapter sous peu à l’agriculture, l’élevage, la conservation et la santé

 Grâce à l’appui de la Banque mondiale, Madagascar s'est doté d’une innovation technologique permettant une large diffusion d’informations climatiques fiables pour tous.

 

Le système, appelé Maproom, est un support en ligne destiné à renseigner tout intéressé sur les précipitations et les températures de tous les points géographiques du territoire malgache, suivant un maillage de 10 km.

 

Les prévisions saisonnières constamment à jour de toutes les régions y sont également disponibles. Les informations, réactualisées tous les dix jours, proviennent de données satellitaires ajustées avec celles obtenues à partir d’observations réelles des stations météorologiques.

 Les renseignements affichés sur la page web de la direction générale de la météorologie (DGM) permettent aux acteurs locaux de mieux gérer leurs activités en tenant compte des paramètres climatiques, selon Nimbol Raelinera, le patron du département.

 "Notre page web est opérationnelle depuis fin 2013. Elle intègre le système Maproom dont la finalité entre dans l’approche de l’adaptation nationale", a déclaré l'expert à SciDev.Net.

Mais, faute de sensibilisation, peu de gens l’utilisent pour le moment.

 Toutefois, l’organisme initiateur se dit satisfait du résultat obtenu. La fiabilité des informations générées par le système à Madagascar avoisine les 75%, tandis que celle des dispositifs de prévision météorologique les plus performants dans le monde est d’environ 80%.

 Pour Nimbol Raelinera, "à part nos propres satellites, l’acquisition de nouveaux équipements aura lieu très bientôt. Cela va accroître la performance du système. De plus, les calculs se font avec les pays voisins, surtout en cas de cyclones, par exemple".

 La prochaine étape consiste à concevoir et rendre opérationnelles les Maprooms pour l’agriculture, l’élevage, la conservation et la santé, entre autres.

 Selon les observateurs, le besoin d’adaptation dans ces secteurs est une nécessité absolue, à cause de la fréquence des événements extrêmes comme les inondations qui frappent le pays à longueur d’années.

 Après l’Ethiopie, la Grande Ile est le deuxième pays africain à avoir adopté la Maproom, conçue avec le concours de l’International Research Institute (IRI) of Columbia, aux Etats-Unis.

La Tanzanie est aussi en train de développer cet outil, avec l'aide d'experts malgaches.

  http://www.scidev.net/afrique-sub-saharienne/

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article