Madagascar: Une même culture, différentes traditions

Publié le par Alain GYRE

Une même culture, différentes traditions

 (05-12-2001 )

Malgré les différentes origines de son peuple et les héritages culturels qui s'en suivent, les malgaches ont une valeur culturelle moyenne : le culte des ancêtres. C'est aussi la base des liens qui lie l'individu à son groupe, à sa communauté.

 

La croyance traditionnelle monothéiste admet l'existence d'un seul Dieu créateur, protecteur et omnipotent. C'est à travers les ancêtres que les cultes sont adressés puisqu'ils sont proches des vivants. La vision de la mort est proche d'une sublimation qui transcende le défunt vers un état supérieur de connaissance et sagesse.

 

Les ancêtres sont porteurs d'un pouvoir qui peut apporter une protection de la vie sur terre. Ce pouvoir est véhiculé par des ordres sacrés qui dictent l'organisation culturelle et politique de la famille. Le manquement aux cultes peut être néfaste aux vivants. Trois cérémonies principales accompagnent la mort qui est le passage de l'état de vivant au rang d'ancêtre :•Les funérailles: les différents tribus de Madagascar ont chacun leur propre pratique funéraire. Le corps du défunt est en général lavé, habillé et enveloppé dans un linceul. Les tribus du sud à l'instar des Mahafaly et des Antandroy se distinguent par leur art funéraire : de grands édifices jusqu'à 15 m de côté, coloré avec des dessins et des sculptures qui racontent la vie du défunt. Les têtes des zébus sacrifiés pour l'occasion ornent le tombeau. Leur nombre reflète la position sociale et la richesse du défunt.

 

•Le famadihana: l'exhumation ou le retournement des morts est pratiqué sur les hautes terres de Madagascar. La conception religieuse traditionnelle veut que les vivants honorent les ancêtres. La cérémonie de famadihana consiste à exhumer les corps et les envelopper par de nouveaux linceuls. " Il ne faut pas que les ancêtres aient froid ". Ces jours de fêtes et de réjouissance sont déterminés par un astrologue.

 

•Les cultes: des rites subsistent pour entrer en contact avec un autre monde imaginaire. Les sacrifices permettent d'honorer les ancêtres et de leur demander bénédiction, bonheur, progéniture, santé, richesse… Des interdits sont respectés pour se concilier avec l'au-delà. Ces fady sont transmis de génération en génération. Le respect des interdits et des cultes est un moyen d'instaurer une proximité avec les gens, dans les campagnes, qui pratique la religion traditionnelle.

Publié dans Partir à Madagascar

Commenter cet article