Mahajanga : Succès du recyclage des ordures

Publié le par Alain GYRE

Mahajanga : Succès du recyclage des ordures

 

1-madacompost.jpg

Madacompost, géré par Firmin Raonizanany, a obtenu le Prix international Convergences

 

La transformation des ordures ménagères en compost, en engrais azotés, ou en pavés autobloquants est effective. La société Madacompost en est récompensée.

 

Dans le cadre du forum Convergences 2015, le partenariat Gevalor-Madacompost a obtenu le Prix international Convergences pour son action de valorisation des ordures ménagères de la ville de Mahajanga.

Ce projet innovant, soutenu également par la Fondation GoodPlanet et par l’association Etc Terra, s’inscrit dans une démarche d’économie circulaire.

« Au début, nous avons rencontré des difficultés lors de la demande d’approbation auprès du Conseil municipal de Mahajanga. », s’est réjoui Firmin Raoni­zanany, gérant de la société de recyclage et de valorisation des déchets Mada­compost à Mahajanga.

Le partenariat Gevalor-Madacompost a ainsi reçu la somme de 7 000 euros en guise de prime.

Valorisation

Une partie sera consacrée à la construction d’un réfectoire pour les 100 employés sur le site de Mangatokana.

Madacompost trie les 7 000 tonnes de déchets collectés sur la décharge d’un hectare appartenant à la municipalité de Mahajanga.

Chaque année, 1 400 tonnes de compost sont produits, 30 tonnes d’engrais azotés à partir de cornes de zébus broyées, des centaines de mètres cubes de pavés autobloquants issus du recyclage de sachets plastiques et enfin, des combustibles alternatifs.

Le traitement de la matière organique (80% des déchets) supprime les émissions de gaz méthane, puissant acteur du changement climatique. La finance carbone a permis de valoriser l’équivalent de 10 000 tonnes de CO2 évitées par ce projet, ces trois dernières années.

En plus de cette valorisation du carbone via la fondation GoodPlanet, les diverses subventions apportées par l’Association internationale des maires francophones (AIMF), l’ambassade de France à Madagascar, l’Agence française de développement (AFD) et le Fonds français pour l’environnement mondial (FFEM) ont permis la montée en puissance de l’activité.

L’objectif de Mada­compost est de pérenniser cette activité en toute autonomie, grâce à la vente de ses différentes productions qu’il convient encore de développer, carbone inclus.

 

 

Vero Andrianarisoa

 

Lundi 14 octobre 2013

L’Express

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article