Mahitsy – Une maladie décime les tomates

Publié le par Alain GYRE

Mahitsy – Une maladie décime les tomates

 

10.03.2014

 

  tomates.jpg

Les agriculteurs de Mahitsy tirent la sonnette d’alarme, face à une maladie des tomates. La santé des consommateurs pourrait être affectée.

 

Un nouveau débat anime le village d’Ambohimandry, commune rurale de Mahitsy, dans le district d’Ambohidratrimo,  depuis quelques semaines. Une nouvelle maladie, infestant les plants de tomate, dont la propagation atteint une vitesse inouïe, fait l’objet de leur préoccupation. Les techniciens agricoles n’auraient pas encore trouvé de nom pour cette nouvelle maladie, mais les paysans l’appelle « boka mena ». Certains techniciens ne sont même pas au courant de son existence.

 « La maladie n’a rien à voir avec la gale. Ce type de maladie est actuellement bien maîtrisé par les agriculteurs, grâce aux DTT. Lorsque la plante est infectée par cette nouvelle maladie, les feuilles de tomate commencent à se contracter. Les fruits n’arrivent plus à se développer », a expliqué Victor Rasamimanana, agriculteur à Ambohimandry, commune Mahitsy. Solofomandimby Rabmananjara, un jeune agriculteur dans la même localité, ajoute que cette nouvelle maladie n’a été enregistrée que depuis le début de l’année. « Plusieurs champs dans notre fokotany ont été déjà infectés », a-t-il souligné.

 Produits nocifs

 Fort de ses 40 années d’expérience dans la culture de tomate, Victor Rasamimanana a tenté d’en apporter une explication. « Nous pensons que, c’est le changement climatique avec une saison sèche plus longue qui aurait causé cette maladie. Mais la baisse du taux de minéraux dans le sol, pourrait être aussi un facteur à ne pas négliger. Le sol y est utilisé toute l’année sans aucun répit. Et enfin, les produits chimiques pourraient jouer aussi leur rôle », a-t-il expliqué. L’utilisation abusive de produits chimiques par les cultivateurs, inquiète pourtant Victor Rasamimanana. « Les gens pourraient arroser  leurs plantes de toutes sortes de produits chimiques, afin de protéger leur gagne-pain. La principale source de revenu dans notre fokontany et même dans la commune de Mahitsy, dépend beaucoup de la culture de tomates. La santé de consommateurs est dans ce cas mis en jeu », ajoute t-il.

 Questionnée sur cette menace, une source auprès du ministère de l’Agriculture, a avancé qu’elle était déjà au courant de cette nouvelle, mais les techniciens seraient encore sur le point de recouper les informations sur terrain. « La maladie n’aurait pas encore affecté toute la commune », indique la source.

 Sur le marché local, le prix auprès des agriculteurs reste inchangé. « Les collecteurs achètent toujours un carton de tomates de 20 à 25kg, entre 10 000 et 20 000ariary. La fluctuation de prix  dépend pour l’instant, de l’offre et de la demande », conclut Solofomandimby Rabemananjara.

 Vonjy Radasimalala

L’Express

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article