Mamy Rajoelisolo, peintre: Un voyage à l’Est de Madagascar

Publié le par Alain GYRE

Mamy Rajoelisolo, peintre: Un voyage à l’Est de Madagascar      

 

Jeudi, 14 Août 2014

                                                                         

Dans le cadre de l’exposition-vente de peinture qui se tient à Antaninarenina jusqu’au 31 août prochain, le peintre Mamy Rajoelisolo, fidèle au thème de cette exposition qui est « Kanto Tsidika » nous emporte dans un voyage en première classe à l’Est de Madagascar.

 

A travers les 12 tableaux de son exposition, il a fait en sorte d’immortaliser la culture et le mode de vie des Malgaches dans cette partie de l’île. « Dans mon voyage, j’ai été particulièrement marqué par le contraste entre la vie des Tananariviens et celle des habitants de cette partie de l’île. On constate une grande différence tant dans les modes vestimentaires que dans les habitudes quotidiennes», a souligné Mamy Rajoelisolo. Des différences qu’il n’a pas manqué d’illustrer dans ses tableaux à travers, entre autres, des portraits de femmes dont le teint, les habits et les coiffures rappellent cette différence culturelle qui figure parmi les grandes richesses de notre pays. Et comme tout artiste, Mamy Rajoelisolo ne fait pas qu’illustrer dans ses tableaux, il voit dans ses œuvres une toute nouvelle forme de communication dont le but est de renforcer la cohésion entre les Malgaches. « A travers mes œuvres, je raconte l’histoire des personnes que j’ai rencontré au cours de ce voyage et la peinture m’aide à le transmettre aux autres Malgaches ou étrangers », révèle-t-il. En effet, ses toiles livrent les secrets quotidiens de la vie des habitants de cette région à l’exemple d’une toile qui représente une mère et sa fille en train de tisser un panier. « Cette image représentant une mère et sa fille dévoile que dans cette partie de l’île, l’art du tissage se transmet de mère en fille et que c’est le travail le plus effectué par les femmes là-bas comme ce qu’est la pêche pour les hommes. Les postures sont les copies exactes de la position des femmes pour tisser », raconte l’artiste. Bien que les Malgaches n’aient pas encore conscience de l’importance de l’art plastique dans notre civilisation, c’est ce genre de toile qui témoignera un jour des modes et conditions de vie de nos compatriotes. Et ces représentations feront un jour partie de nos vestiges culturels.

 

 

Rencontre avec un artiste

 

Dans le cadre de cette interview, le peintre Mamy Rajoelisolo qui est un figuratif contemporain en a profité pour faire le portrait de son interlocuteur, et le résultat est pour le moins époustouflant.

 

Yanne Lomelle

La Gazette

 

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article