Manakara : la malnutrition à surveiller de près

Publié le par Alain GYRE

Manakara : la malnutrition à surveiller deprès       

Mercredi, 12 Juin 2013

 

135 personnes formées en termes de gestion de catastrophes naturelles, 174 foyers formés pour des techniques d’agriculture suivant les normes, 16 kilomètres de routes réhabilitées par le biais de l’Himo, 143 enfants de moins de 5 ans en manque de poids sauvés et pas moins de 83% des enfants suivis de près.

 

C’est le résultat de l’avancement du projet Salohy dans la région Vatovavy Fitovinany, district Manakara, commune rurale de Tatao. Depuis son lancement en 2009, le projet «Salohy», opère dans 07 régions de Madagascar et a pour objet la prévention de la malnutrition infantile.

 

 Pour ce faire, le projet tente d’informer les familles sur  l’alimentation équilibrée des enfants tout en soignant les éventuelles carences alimentaires détectées. C’est un projet qui joue en faveur des enfants, des mères et de la formation à la base. Aide nutritionnelle destinée aux enfants et aux mères enceintes ou allaitantes, formation dispensée à ces groupes cibles pour la maîtrise d’une nutrition de qualité durable, appui à la formation pour la production alimentaire et à la formation des communautés de base. Mal-

 

nutrition. C’est un phénomène qui touche particulièrement les Régions Vatovavy-Fitovinany et Sud-Est . Dans ce s régions, le taux d’insécurité alimentaire atteint 48%. Les femmes et les enfants sont les plus touchés par l’insécurité alimentaire avec un taux avoisinant les 53%. Estimé à environ 1 097 700 habitants, 48% de la population de ces deux régions, qui représentent 1 personne sur 10 à Madagascar. Et pour cause, 90% de la population sont pauvres. Rapellons que le projet Salohy concerne sept régions de l’île et s’étale sur une période de cinq ans. Il est financé par le gouvernement américain qui a affecté une enveloppe de 85 millions USD.

 

NIR

La Gazette

 

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article