Manalalondo: Doublement de la superficie irriguée

Publié le par Alain GYRE

Manalalondo : Doublement de la superficie irriguée

barrage.jpg

La construction d’un barrage plus solide a permis de doubler la superficie rizicole

La construction d'un barrage a permis la maîtrise d'eau sur une superficie de 80 ha. Le Programme de soutien au développement rural (PSDR) a financé les travaux.

Hausse de la production rizicole. C'est une des retombées attendues de la construction d'un barrage à Manalalondo dans la région Itasy. Les producteurs ne perdront plus de temps à agencer des blocs de pierre qui serviront d'infrastructure pour la maîtrise de l'eau.
« Quand ce barrage n'était pas encore construit, les membres de l'association devaient se répartir les tâches pour ranger les pierres. Nous nous organisons ainsi toutes les semaines. Mais le plus désolant, c'est que malgré nos efforts, les pierres, une fois rangées, sont ensuite emportés par les eaux de pluies », avance Petera Rabemamory, président de l’association d’agriculteurs « Fikambanan'ny Tantsaha Mandroso ».
« À cause de cette situation, si nous devions obtenir un rendement d’une tonne à l’hectare, nous n'atteignons que 600 kg » poursuit-il.
C'était, samedi, lors de l'inauguration de l'infrastructure, en présence du ministre de l'Agriculture, Roland Ravatomanga.
Outre l’accroissement de rendement, ce barrage permettra d'irriguer une superficie de 80 ha, contre 40 ha auparavant. Cette infrastructure devra aussi contribuer à la promotion des cultures de contre-saison, notamment celle du maïs, de la pomme de terre et du haricot vert.
Entretien
Les agriculteurs ont profité du passage du ministre pour demander la réhabilitation d'un autre barrage, ancien, mais qui permet la maîtrise d'eau sur une superficie plus importante.
« Les travaux dans ce sens devront être achevés incessamment », a répondu le ministre de l’Agriculture.
De tels projets entrent, en effet, dans le cadre du Programme d'extension des périmètres irrigués du ministère de l'Agriculture. Toliara, Morondava et la région Alaotra-Mangoro en sont les bénéficiaires. Le directeur exécutif national du programme a, pour sa part, souligné que la décision revient au ministère. Ce responsable a, par ailleurs, souligné la nécessité des travaux d'entretien car un projet financé ne devra plus bénéficier d'un second appui.
Pour les autres demandes paysannes, comme l'amélioration à l'accès aux semences et aux engrais, un projet d'urgence pour la sécurité alimentaire sera mis en œuvre bientôt. Ces questions feront partie des volets pris en compte.

Lantoniaina Razafindramiadana

Mardi 06 novembre 2012

L’Express

Publié dans Revue de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article