Mangroves: 60% de perte en superficie

Publié le par Alain GYRE

Mangroves: 60% de perte en superficie       

Vendredi, 23 Août 2013

«Les mangroves sont la crèche et la maternité des crevettes, des crabes et de nombreux poissons. Si elles disparaissent, ces espèces aussi disparaîtront. Or, les mangroves sont utilisées dans la fabrication de charbon de bois et comme matériau de construction. L’érosion qui vient de l’amont les ensable aussi ». Cette explication de Tantely Razafindrajery, directeur de la pêche, hier au centre de presse d’Antsakaviro, montre l’importance écologique et socioéconomique des mangroves ainsi que les lourdes pressions qui pèsent sur cet écosystème. Mais WWF rapporte que les images satellites du delta du Tsiribihina font état d’une disparition de 60% de la superficie des mangroves entre 1985 et 2011. Cette organisation internationale juge cette perte comme critique. Elle se répercute lourdement sur les activités des pêcheurs et les conditions de vie des communautés avoisinantes. C’est dans ce sens que WWF travaille dans la zone et incite ses partenaires à soutenir la conservation des mangroves. C’est aussi la raison pour laquelle la 1ère rencontre professionnelle de la pêche focalisée sur la filière crabes, qui se tiendra à Morondava du 28 au 30 août, comportera des concours inscrits également dans la préservation de cet écosystème.

Ces concours sur les projets communautaires axés sur la pêche aux crabes récompenseront la meilleure initiative individuelle ou communautaire sur les techniques de conditionnement des crabes, la conception d’engins de pêches innovants, les techniques d’engraissement et de grossissement des crabes en enclos et sur la meilleure organisation et/ou structure de pêcheurs. Concernant les mangroves, Madagascar est 3ème mondial en termes de superficie. Une étude récente du programme SmartFish financé par l’Union européenne affirme que le pays dispose de 325 000 ha de mangroves. Cet écosystème représente un potentiel de productions halieutiques importantes dont les crabes Scylla serrata ou crabes des mangroves avec un potentiel de production de 7 500 à 8 000 t/an. De plus, les crabes sont de plus en plus demandés sur le marché international et leur prix augmente par la même occasion. Il s’agit, en effet, de produits sauvages et donc biologiques. Contrairement aux crevettes, l’élevage de crabes n’est pas encore maîtrisé.

Dans ce cas, la préservation des mangroves est plus que nécessaire. « La conservation de cet écosystème transitoire entre les milieux marin et terrestre a plusieurs utilités : environnementales, mais aussi économiques et sociales. En effet, les communautés riveraines vivent des ressources puisées au cœur de ces forêts de mangroves et la disparition de ces dernières revient à mettre en danger toute une filière et toute une région », selon Rémi Ratsimbazafy, leader écorégional marin de WWF.

Fanjanarivo

La Gazette

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article