Mangroves/Changement climatique : Ces plantes sont très intéressantes pour lutter contre

Publié le par Alain GYRE

Mangroves/Changement climatique : Ces plantes sont très intéressantes pour lutter contre     

Jeudi, 20 Février 2014

 

3ème mondial en termes de superficie plantée de mangroves, Madagascar en compte actuellement 325 000 ha. Mais de 1985 à 2011, le pays en a perdu 60% selon les dernières données disponibles.

 

Des fortes menaces pèsent donc sur ces forêts qui bordent notamment les côtes de l’ouest et du nord-ouest du pays. Or, les mangroves sont plus qu’intéressantes pour capturer le carbone et donc pour atténuer l’émission de ce gaz dans l’atmosphère. Rappelons que le carbone émis massivement dans l’atmosphère contribue beaucoup à la montée de la température, au changement climatique et à tous les effets dévastateurs qui en découlent et qui affectent plusieurs secteurs. Une nouvelle étude menée par l’ONG internationale Blue ventures et le département forêts de l’Ecole supérieure des sciences agronomiques (ESSA) de l’université d’Antananarivo montre que le grand intérêt des mangroves dans la capture de carbone. Les mangroves sont le seul écosystème de forêt marine qui contiennent jusqu’à 12 fois plus de carbone comparées à d’importantes superficies forestières pourtant reconnues pour capturer plus de carbone. Il s’agit des forêts amazoniennes non perturbées par les pressions, notamment humaines. Cela signifie que les mangroves sont les parmi les forêts les plus riches en carbone.

 

Cela veut dire aussi que leur conservation est plus qu’essentielle pour atténuer les effets désastreux du changement climatique. Depuis des années déjà, des projets de développement sont menés sur les mangroves. C’est pour conserver à la fois ces forêts et procurer des revenus aux riverains. L’idée est de lutter contre la pauvreté tout en préservant les mangroves. D’après l’étude citée plus haut, ces forêts de l’écosystème marin sont présentes dans plus de 120 pays tropicaux. Elles fournissent des ressources essentielles pour les communautés côtières grâce surtout à la pêche. Malgré son immense valeur tant pour les riverains que pour le climat, la moitié des forêts de mangroves dans le monde a disparu depuis 1960, avec un taux de déforestation d’environ 1 à 2% par an. Pour Madagascar, l’étude menée par Blue ventures et l’ESSA montre que ce taux dépasse les 20% dans la région du nord-ouest, soit dans les baies d’Ambanja et d’Ambaro, sur la période allant de 1990 à 2010. La production de charbon de bois est le principal motif de déforestation des mangroves dans cette région. Cela s’explique par l’appauvrissement de la population qui doit se rabattre sur les mangroves pour se faire un peu de revenus.

 

L’étude montre toutefois que 55% de carbone capté par la terre sont séquestrés par les écosystèmes marins. Et les mangroves y jouent un grand rôle dans les zones où elles existent. Au niveau mondial, ces forêts marines représentent 3% de la couverture forestière mondiale mais les pertes en forêts de mangroves valent jusqu’à 19% des émissions de gaz à effet de serre dues à la déforestation. Sur le plan économique, ces pertes en mangroves peuvent représenter jusqu’à 42 milliards US$ par an au plan mondial.

 

Fanjanarivo

La Gazette

 

 

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article