Mangroves : Le 1er transfert de gestion porte sur 6 000 ha

Publié le par Alain GYRE

Mangroves : Le 1er transfert de gestion porte sur 6 000 ha       

Jeudi, 20 Mars 2014

C’est en effet une première concernant les mangroves. Hier au WWF lors du lancement de « Earth hour » ou « Une heure pour la terre », l’on a appris que 6 000 ha de mangroves ont été récemment transférés à des communautés locales (VOI) de Belo-sur-Tsiribihina.

 

Les mangroves sont très importantes puisqu’elles servent à beaucoup de secteurs. Elles sont considérées comme la maternité et la nurserie pour des espèces comme les crevettes. Les crabes s’y plaisent et ceux de Madagascar sont réputés pour leur goût. D’ailleurs, le potentiel du pays est encore très important dans ce domaine : il est de 7 500 à 8 000 tonnes, alors que la production annuelle est comprise dans une fourchette de 2 700 à 3 500 tonnes. Les mangroves procurent aussi du bois pour la construction, la confection de meubles, de charbon de bois… C’est la raison pour laquelle elles sont souvent menacées par ces pressions humaines qui émanent souvent des communautés riveraines. C’est ainsi que les communautés locales sont les plus à même de les préserver et de les densifier via des actions de reboisement. WWF initie de telles actions sur la côte ouest. Il travaille sur le paysage de Manambolo-Tsiribihina jusqu’à Maintirano. 

 

Les mangroves se reproduisent automatiquement mais pour les densifier rapidement, le reboisement est indiqué. D’ailleurs, le pays a perdu 60% de ses superficies de mangroves entre 1985 et 2011. Le reboisement est une des solutions pour préserver les surfaces restantes. Il faut souligner que malgré ces pertes, Madagascar est au 3ème rang mondial en termes de superficie plantée de mangroves. Il compte actuellement 325 000 ha de mangroves selon les données disponibles. Mais dans des zones comme Ambilobe, les mangroves sont utilisées pour la production de charbon de bois. C’est une grosse perte parce que les espèces marines qui s’y reproduisent et y grossissent sont vendus à des prix nettement plus élevés que ceux du charbon de bois. Rien que pour les crabes, on sait qu’environ 70% sont exportés, notamment sur l’Asie où les prix sont plus intéressants qu’en Europe. Les pertes en superficie de mangroves affectent aussi les communautés riveraines qui devraient y puiser d’importants revenus par le biais de la pêche. Outre la pêche, les mangroves sont aussi le seul écosystème de forêt marine qui capture le plus de carbone, d’après une étude publiée en février dernier par l’ONG internationale Blue ventures et le département forêts de l’Ecole supérieure des sciences agronomiques (ESSA) de l’université d’Antananarivo.

 

Ainsi, les mangroves sont un système forestier très important pour lutter contre les gaz à effet de serre, responsables du changement climatique et de ses effets désastreux sur l’environnement, l’homme...

 

Fanjanarivo

La Gazette

 

 

 

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article