Marché. Stabilité des prix des PPN

Publié le par Alain GYRE

Marché. Stabilité des prix des PPN

 (10-09-2013)

1-prix.jpg

La majorité des produits de première nécessité sont importés par Madagascar alors que le pays dispose de tous les atouts nécessaires pour leur production sur place.

 A part le riz, l’huile alimentaire, le sucre, la farine et le pétrole lampant constituent les produits de première nécessité très demandés sur le marché. D’après les enquêtes menées par l’Observatoire du Riz (ODR), les prix de ces PPN restent stables sur le marché si l’on compare aux prix affichés la semaine précédente. Au niveau national, le cours moyen du kilo du sucre est de 2 580 Ariary tandis que le prix moyen du litre d’huile alimentaire en vrac s’élève à 4 020 Ariary. Quant à la farine, le kilo de ce produit s’achète à 2 000 Ariary. Et enfin, le pétrole lampant s’acquiert à 2 710 Ariary le litre.

 

Petite quantité. Au niveau régional, on constate une hausse de l’ordre de 5 % du prix de l’huile alimentaire en vrac à Analanjirofo. Par contre, le prix du kilo du sucre a connu une baisse de l’ordre de 6 % dans la région Atsimo Andrefana. Malgré la stabilité des prix de ces produits de première nécessité, ceux-ci deviennent des produits de luxe qui ne sont plus à la portée de toutes les bourses. Cela fait bien des années que les ménages n’achètent plus ni en kilo ni en litre la farine, le sucre, l’huile alimentaire et le pétrole lampant, et ce, aussi bien en milieu rural qu’en milieu urbain. « Heureusement, il y a des épiceries qui acceptent de vendre en petite quantité ces PPN à raison de 50 Ariary et 100 Ariary sinon on ne peut plus en acquérir », témoigne Mme Rahely Sahondra, une mère de famille.

 

Importations. Notons que la Grande île importe la majorité de ces PPN alors qu’elle dispose de tous les atouts nécessaires pour leur production sur place. D’après les statistiques publiées par la direction des Douanes, les importations de sucre effectuées par Madagascar entre janvier et juillet 2013 se chiffrent à 81 180 tonnes. Quant à l’huile alimentaire en vrac, le pays a importé 28 740 tonnes durant le premier semestre de cette année. Et enfin, la quantité de farine importée pour la même période s’élève à 46 640 tonnes. Même le riz, la principale denrée alimentaire des Malgaches est importée puisque la production locale n’arrive pas à satisfaire les besoins de la population.

 

Volonté de l’Etat. Des membres du secteur privé n’ont pas caché leur volonté de produire ces PPN au lieu d’en importer ailleurs compte tenu de la forte demande sur le marché local. C’est également une économie de devises permettant d’améliorer la balance commerciale de Madagascar. Mais la réalisation de leurs projets requiert la volonté de l’Etat de contribuer à la relance de l’économie, d’après leurs dires. En effet, à part l’amélioration du climat des investissements, ces opérateurs économiques ne cessent de revendiquer la facilitation de l’accès au foncier pour une exploitation à grande échelle ainsi que les allègements fiscaux sur les intrants et les équipements nécessaires pour la création des agro-industries.

 

Navalona R.

Midi Madagasilara

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article