Mes amis et moi Max Randriantefy

Publié le par Alain GYRE

Mes amis et moi  Max Randriantefy

 

Lundi, 03 Mars 2014

 

A l’orée de la vieillesse, les rencontres impromptues entre amis  d’enfance sont mémorables.

 

Elles réveillent toujours en nous les bons souvenirs vestiges du passé qui ont bercé de douceur le passage de notre  jeunesse. Ces moments nous permettent de resituer jadis et naguère, mais aussi les temps actuels… Que c’est bon, que c’est chaud ces retrouvailles comme le nectar du bon vin d’antan créant des moments magiques !!!

 

Mes amis et moi

 

J’ai  revu mes amis aux tempes argentées

 

Ces décors témoins des méfaits des années

 

Qui nous a trahies par leurs velléités

 

De nous donner des rides en guise de beauté.

 

 

 

    Ils sont encore imprégnés du souvenir

 

    D’un pays qui se drapait dans sa vertu

 

    Où les lamba cachaient en vain les gorges nues

 

    Pour tisser de mystère cet objet du désir.

 

    

 

Et les blagues vaseuses restées dans nos mémoires

 

Prenaient leur envol  pour une visite des lieux

 

Qui cachaient les gros mots enfouis du terroir

 

Pour les libérer dans le royaume des gueux.

 

 

 

    Et des chansons interdites aux chastes oreilles

 

    Glissaient dans l’impertinence d’une jeunesse perdue

 

    Où les chanteurs sont sur la pente d’une décrue

 

    Qui résiste à l’assaut d’une mort qui sommeille.

 

 

 

La santé en guenille, réveillait nos peurs

 

Les disputes en famille ont brisé nos cœurs

 

La blessure de l’absence fut d’une  telle douleur

 

Qu’elle génère la souffrance et des tonnes de pleurs.

 

 

 

    Notre victoire commune sur cette vie qui s’enfuit

 

    Est l’amour partagé pour nos doux espoirs.

 

    Et pour une vie embellie il nous suffit

 

    D’un zeste de tendresse pour dormir tous les soirs.

 

Max Randriantefy

La Gazette

Publié dans Poèmes malgaches

Commenter cet article