Métamorphose.

Publié le par Alain GYRE

208 Métamorphose.
Recueillià Andramasina

 

Un jour, Andriamanitra (le Seigneur parfumé. Dieu) se promenait dans la forêt.

Il vit un jeune homme de très belle taille qui s'appelait Ikotozanakinihazo (le fils de la forêt).

Il pensa que celui-ci conviendrait très bien à sa dernière fille Ifarazanakandriamanitra (la dernière fille de Dieu).

Le lendemain du mariage, Andriamanitra quitta le jeune couple après lui avoir donné un ménage d'esclaves pour le servir.

Les maîtres et leurs esclaves eurent des enfants lesquels se multiplièrent.

Au début, les premiers enfants n'étaient issus que de deux mères (l'une hova et l'autre andévo), mais après plusieurs générations, ils ne pouvaient plus distinguer les deux descendances.

C'est pour cela, dit-on, qu'on trouve à Madagascar deux races différentes les
Hovas et les Mainty.

Lorsque les hommes devinrent très nombreux ils ne trouvèrent plus facilement à manger, et Zanahary décida de mettre à mort les quatre premiers hommes.

Un jour, Ifarazanakandriamanitra tomba malade et Andriamanitra dit à son mari de l'enterrer près de la fontaine quand elle serait morte.

L'ordre fut exécuté.

Quelque temps après Ikotozanaldmihazo tomba malade et Andriamanitra dit à son serviteur :

« Ensevelissez votre maître dans le champ quand il sera mort. »

Ainsi fut fait.

Après ce fut le tour du serviteur d'être atteint d'une maladie grave, sa femme alla demander au Zanahary ce qu'elle devrait faire quand il serait mort.

Zanahary lui dit de l'enterrer dans le coteau.

La femme se conforma à l'ordre du Zanahary.

Mais à son tour elle tomba malade, mourut et on l'enterra dans la vallée.

Après quelques mois ces quatre cadavres devinrent des plantes.

La femme hova se transforma en riz, son mari en maïs et en haricot, le serviteur en manioc, la servante en patate.

Ces plantes nouvelles se multiplièrent rapidement et servirent à la nourriture des
hommes.

 

Ce sont donc ces quatre premiers hommes qui furent l'origine du riz, du maïs, du
manioc et des patates.

 

 

Contes de Madagascar

Charles RENEL (1866 – 1925)

Librairie Ernest LEROUX

PARIS

 

Publié dans Contes de Madagascar

Commenter cet article