Mode : 3Ladies Pirates : Trois filles en vogue

Publié le par Alain GYRE

 

Mode : 3Ladies Pirates : Trois filles en vogue

 mode.jpg

Elles n’ont suivi aucune formation en stylisme et, de toute façon, se moquent pas mal des codes. Ce qui ne les empêche pas de mener leur bateau comme de vraies pros de la tendance. L’une dessine, l’autre s’occupe des couleurs, la troisième assemble les tissus… un vrai trio de pirates !

 

Elles ont présenté leur premier défilé grand public avec une trentaine de modèles durant l’événement Aponga amam- Bika à l’IKM (Ivon Toeran’ny Kolontsaina) à Antsahavola le 13 décembre dernier. Mettre la mode à la portée de toutes et de tous, c’est la mission de ces trois jeunes femmes aux caractères bien trempés. Aina ou Yrobania, Hasina, Samira se laissent porter par une vague de créativité depuis qu’elles se sont rencontrées en 2011. Mais l’idée de créer des lignes de vêtements remontent au mois de mai 2013 après s’être lancées dans la vente d’articles de confection achetés dans les zones franches. « Malheureusement, nous avons remarqué des défauts dans les coutures. Nous ne pouvions pas les proposer aux clientes alors que nous-mêmes n’étions pas satisfaites », souligne Aina.

 

Sans avoir suivi la moindre formation en stylisme, toutes trois se classent dans la catégorie des créateurs d’instinct, chacune apportant ce qui manque aux autres en matière de savoir-faire. Aina, 29 ans, économiste de formation, dessine. « Je n’ai pas d’influences particulières lorsque je fais mes croquis. J’y vais au feeling et quand j’ai une idée, je la couche directement sur le papier », confie-t-elle.

 

Hasina, 27 ans, la soeur d’Aina est gestionnaire et s’occupe de tout ce qui est tissu. « Je suis plutôt la modéliste, je fais le choix des tissus et leur assemblage. » Samira, 24 ans, détentrice d’un master en pharmacologie, s’occupe des couleurs. « J’ai l’oeil pour marier les couleurs sans forcément imposer mon goût personnel. Je le fais en fonction des modèles. »

 

Originalité des matières, précision dans la coupe, détails subtils, les 3Ladies Pirates ont tout pour retenir le regard que ce soit pour des tenues de ville, de bureau ou de soirée. D’autant que les belles ne sacrifient pas expressément à la mode des grandes girafes anorexiques. « On nous assène trop dans les médias que pour être belle, il faut être mince. Nous voulons échapper à ce diktat. On peut faire ressortir la beauté d’une personne à travers ses vêtements et quelque soit sa morphologie », souligne Samira. Toutes les femmes peuvent donc se reconnaître à travers leurs créations. Le tout Très chic et à la portée de toutes les bourses. « Nous voulons associer la qualité et le prix pour que les Malgaches puissent suivre la mode. Les vêtements sont standards mais peuvent être retaillés si besoin est. »

 

Au niveau des matières, elles travaillent beaucoup le coton, facile à trouver et très hygiénique, mais également le lamba soga, une valeur sûre pour représenter la mode vita malagasy. Des collections qui ont rencontré un réel engouement du public durant l’événement Aponga amam-Bika, première édition, qui a pour objectif de fédérer la culture malgache à travers la mode et la musique. Pour les prochaines éditions, d’autres domaines artistiques seront intégrés. Pour cette année qui commence, les trois jeunes femmes ne comptent pas rester les bras ballants puis qu’elles envisagent d’ouvrir leur boutique et de se lancer dans la création de vêtements pour hommes et enfants. Alors bon vent, les filles !

 

 

 

Aina Zo Raberanto

 

(article publié dans no comment magazine n°48 - Janvier 2014 ©no comment éditions)

No comment&éditions est une maison d’édition malgache créée à Antananarivo en novembre 2011.

Elle publie principalement des livres sur Madagascar.

Ils sont distribués en librairie à Madagascar et en France.

Coordonnées à Madagascar : 2, rue Ratianarivo, immeuble Antsahavola, Antananarivo 101 - +261 20 22 334 34.

Coordonnées en France : 58, rue de Dunkerque, 75009 Paris - 06 12 75 51 06.

http://www.nocomment.mg

www.nocomment-editions.com

 

 

 

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article