"Mon dernier soupir" Samuel Ratany

Publié le par Alain GYRE

Izay ho feoko eo ampialana aina.

 

Mon dernier soupir.

 

 

 

Hono, ry aina somparan’aretina,

 

Dis-moi, ô souffle qu’agresse le mal,

Hakimpinao mantsy ny maso mipy ?

 

Fermeras-tu à jamais les yeux qui frémissent

Hono, ry fasana, mo ave ho entina

 

Dis-moi, ô tombe, emmènera-t-on

Anatin’ny maizina ity nofo ity ?

 

Cette chair mienne dans l’obscur ?

 

 

 

Hono, ry tenako za-pahoriana,

 

Dis-moi, à mon corps que terrasse la misère,

Ny hery fahiny va rev dia hikoro,

 

Ta force de jadis va-t-elle s’écrouler

Ka haiditra an’efitrakely mangina,

 

Et se cloîtrer dans les chambres mortes

Dia vato sy tany no solon-kidoro ?

 

Pour ne plus avoir de couche que les pierres froides ?

 

 

 

Ry fahafatesana ratsy filana,

 

O Mort à la quête morbide,

Tsy mena-mijery ny fo mitoreo,

 

Qui n’avez nulle compassion pour un cœur misérable,

Valio hoe ny fanontaniako mazàna :

 

Répondez donc à mon éternelle question :

Mba inona moa no karamanareo

 

Quel salaire le sort vous a-t-elle versé ?

 

 

 

Mangina, ry foko, ho tezitra ve,

 

Garde le silence ô mon cœur, seras-tu de colère,

Hatahotra ve raha to aizy tonga ?

 

De peur ou de crainte quand ce jour arrivera ?

Ny nofoko, eny, ny nofoko anie,

 

Mais mon corps, oui mon corps, chuchotais-je

Tsy inona akory favovoka, bonga.

 

N’est que poussière, que motte de terre.

 

 

 

Ry foko tsy ho resin’ny fasana kosa,

 

Quant à toi ô mon cœur que ne vaincra jamais la tombe

Haninona moa no hanadina izany ?

 

Que t’importe-t-il d’y projeter ta raison ?

Ny elatrao ihany no ento misosa

 

Déploie simplement tes ailes

Hamakyny lalana an-koatry ny tany.

 

Pour fendre ces chemins qui ne sont plus de cette terre.

 

 

 

 

 

 

 

 

Samuel RATANY

 

 

Traduction en français  par Raharimanana

Si vous connaissez d'autres poèmes malgaches avec la traduction en français n'hésitez pas à me les transmettre. Merci

Publié dans Poèmes malgaches

Commenter cet article