Musique/Andy Rafiringa: Un jeune ambassadeur de Madagascar aux USA

Publié le par Alain GYRE

Musique/Andy Rafiringa: Un jeune ambassadeur de Madagascar aux USA       

Jeudi, 15 Mai 2014

Andy Rafiringa met un peu de Madagascar dans le jazz de Boston (USA). C’est ce que l’on peut dire de ce jeune malagasy, pure souche né en 1989 à Orléans en France. Avec son propre quintet de jazz et musiques du monde, Norumbega, il assure chaque semaine une session au légendaire « Wally’s jazz club », le plus ancien club de jazz des Etats-Unis encore en activité et où plane encore l’esprit d’artistes de légende qui l’ont fréquenté, en l’occurrence Billie Holliday, Dave Liebman, The Roots ou encore Roy Hargrove pour n’en citer que quelques uns. Le premier album d’Andy Rafiringa en préparation sera un condensé d’une musique à la fois réfléchie et spontanée, dense et aérée, intemporelle et tellement présente, marinée dans la rigueur et partie pour imprégner définitivement les amateurs de musique. Ce jeune auteur compositeur et guitariste franco-malagasy opte, en effet, pour une musique qui constitue un beau carrefour entre le jazz, la pop et les musiques du monde. Depuis son plus jeune âge, ce musicien est bercé par un environnement musical assez éclectique au travers des disques de ses parents. Ce creuset familial très musical apprécie une large gamme de musique qui va du jazz de Louis Armstrong à la musique malagasy de Mahaleo, en passant par le folk de Joni Mitchell. Andy a commencé à égrener ses premières notes de guitare à l’âge de 12 ans.

Le musicien précoce a également la chance de bénéficier du don de jouer de la musique. Ses mains sont d’une grande dextérité acquise avec 10 heures de travail par jour pour tricoter des notes. Aussi à l’aise à la guitare qu’au chant, Andy intègre son premier groupe, Mad A Gaspard, à l’âge de 15 ans en tant que chanteur, compositeur et guitariste, et enchaîne divers concerts en France. Il entre ensuite à l’American school of modern music à Paris où il s’initie au jazz et suit des cours prodigués par des professeurs de renom. A l’issue de son cursus, il part aux Etats-Unis pour rejoindre la prestigieuse école BerkleeCollege of music à Boston qui lui accorde une bourse d’études au vu de son classement parmi les premiers étudiants reçus au concours d’entrée. Son ouverture musicale l’emmène à jouer des genres très variés : le folk, le rock, le funk, la soul, le jazz, l’afro beat, la chanson française, la musique malagasy, la musique latine et brésilienne. Sa capacité d’intégration se vérifie chaque fois qu’il joue avec des musiciens venant d’horizons variés. Il flirte ainsi avec plusieurs formations musicales dont Byron Manchest band, un mélange de musique soul teintée de jazz avec qui Andy tourne à Boston et ses environs, Anna Tiani sextet, un univers rock/folk indépendant qui l’amène aussi à jouer dans la région de la Nouvelle Angleterre. Sion, il accompagne également la chanteuse FrankaBatelic, pop star en Croatie ainsi que l’univers envoutant de Laure Zaehringer.

 

Recueillis par Fanjanarivo

La Gazette

Publié dans Revue de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article