Nosy Lonjo : la pêche est menacée

Publié le par Alain GYRE

Nosy Lonjo : la pêche est menacée       

Vendredi, 30 Août 2013

Dans la partie de Nosy Lonjo, un ilot du côté de Diégo-Suarez, la pêche maritime est menacée. A cause de l'exploitation démesurée des coraux dans cette partie de l’île, les poissons se font rares. Les problèmes sociaux et économiques rencontrés dans la baie de Diego-Suarez ont des conséquences désastreuses sur l’environnement. Une enquête auprès des vendeurs de coraux relate que 1.182 coraux de 15 cm en moyenne meurent par mois. Un vendeur peut gagner entre 193.500 et 322.500 ariary. Après les mangroves qui sont de plus en plus défrichées et qui n’ont plus la capacité d’emmagasiner du gaz carbonique pour le bien-être des ressources marines, ces coraux jouent un rôle important dans l’environnement marin. Ils servent d’habitat les plus riches en termes de biodiversité, autant pour les animaux que pour les végétaux. Les lois et les arrêtés ne connaissent pas d’application effective. Aussi, le port déverse des tonnes d’ordures par an dans la mer. L'absence de suivi des rejets et le manque de suivi des captures sur les lieux de pêche traditionnelle représentent des risques pour les espèces locales. Pour en revenir à Nosy Lonjo connue également sous l’appellation « Pain de sucre », elle est classée « patrimoine culturel et écologique, témoin de l'âme malgache ». Etendue  sur 156 km, c’est la deuxième plus grande baie du monde, après celle de Rio de Janeiro. Mais c’est aussi l’une des figures emblématiques de la capitale du Nord car revêtant un caractère sacré pour les Antakarana. 

La Gazette

Publié dans Revue de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article