Nouvel an malgache : Le nouvel an de Vénus et le nouvel an des Hébreux

Publié le par Alain GYRE

Nouvel an malgache : Le nouvel an de Vénus et le nouvel an des Hébreux

Soumis par admin le lun, 11/03/2013

La date de sa célébration prête à équivoque. Le professeur Rabi apporte ses éclaircissements sur le sujet à partir de ses recherches.

Le nouvel an de Jules Caesar. Caius Julius Caesar naquit à Rome vers 100 av. J.C, et prétendait descendre de Iule fils d’Enée, donc petit fils de Vénus. Etant un demi-dieu, il croyait au pouvoir surnaturel qu’il avait hérité de cette déesse de la prostitution. Pour amoindrir l’influence des sénateurs qui avaient accaparé de larges portions du domaine public, il organisa en 60 av. J.C avec le riche Crassus et le consul Pompée, le premier Triumvirat, une sorte d’association secrète d’intérêts privés parfaitement illégale. Pour s’assurer à lui-même d’immenses richesses et des troupes en nombre suffisant, il décida de conquérir la Gaulle indépendante (58-50) sans le consentement du Sénat. Crassus est mort à Carrhes en 53 au cours d’une expédition contre les Parthes. Pompée tenta de rompre le Triumvirat à son propre bénéfice. Caesar fut menacé et parla de le traduire en justice lorsqu’il rentrerait de la Gaulle Cisalpine. Malgré cette menace, en Janvier 49, Caesar franchit le Rubicon pour revenir à Rome. Caesar fut maître de l’Italie toute entière en quelques semaines. Pompée et les sénateurs se retirèrent en Grèce. Caesar les y suivit. Les Pompéiens furent massacrés à Pharsale. En souvenir de cette grande victoire, le mois de Janvier fut proclamé premier mois de l’année et Julius Caesar consacra le premier jour de ce mois à Vénus. Enumérons les noms de ces mois primitifs : mars, avril, mai, juin, quintilis, sextilis, septembre, octobre, novembre, décembre janvier et février. Quintilis fut donc changé en Juillet en l’honneur de Julius Caesar.

Le nouvel an des Hébreux. Selon l’ordre de YHWH le Dieu d’Israël, le mois d’Abib a été proclamé Nouvel an hébreu. « YHWH dit à Moïse et à Aaron dans le pays d’Egypte : Ce mois-ci sera pour vous le premier des mois ; il sera pour vous le premier des mois de l’année » : (Exode12 :1).

Il est à noter que tous les événements qui se sont déroulés tout le mois sont commémorés en un seul jour : - le nouvel an hébreu (mars-avril) qui est aussi le nouvel an malgache YHWH ordonna à son peuple de prendre un agneau sans défaut mâle, âgé d’un an : « On prendra de son sang, et on en mettra sur les deux poteaux et le linteau de la porte des maisons ». C’est une coutume malgache (Tantara ny Andriana p162).

- « Cette même nuit, on en mangera la chair, rôtie au feu… mais il sera rôti au feu, avec la tête, les jambes et l’intérieur » (Exode 12 :8,9). C’est là aussi une coutume malgache. C’est le « tonom-bilany ». (Tantara ny Andriana p162)

- Lors de la sortie d’Egypte, « Quand vous le mangerez, vous aurez vos reins ceints, vos souliers aux pieds, et votre bâton à la main ; et vous le mangerez à la hâte. » (Exode 12 :11). Ce geste persista à Madagascar malgré les représailles des Français en 1897 « Tantara ny Andriana » (p170).

- Pour l’annonce du Nouvel an, les Hébreux allumèrent des torches sur le versant d’une colline élevée, et ce feu devrait être visible par le peuple, c’était aussi pour le souvenir de la colonne de nuée à la sortie d’Egypte. « L’ange de Dieu, qui allait devant le camp d’Israël, partit et alla derrière eux ; et la colonne de nuée qui les précédait, partit et se tint derrière eux » (Exode 14 :19). C’est le « afo tsy maty » et « arendrina » des enfants.

- Pour perpétuer le Pessah, les Hébreux conservaient une partie de l’agneau qui datait du Pessah précédent, c’est le Bassar Ha Pessah Lifnei Shanah : c’est le « jaka mialo-taona ».

- Le bain ou plus exactement la fête du bain malgache n’a rien à voir avec les bains asiatiques tel que le bain du Gange et les bains qu’on voit à Yuan Dong et ailleurs. La fête du bain est effectuée le premier Abib selon l’ordre de YHWH, « YHWH parla à Moïse, et dit : Le premier jour du premier mois, tu dresseras le tabernacle, la tente d’assignation » : (Exode 40 :1). Le premier jour du premier mois est le « Tsinana Alahamady ». « Tu feras avancer Aaron et ses fils vers l’entrée de la tente d’assignation, et tu les laveras avec de l’eau » (Exode 40 :12). « Ampandroy amin’ny rano izy » : c’est le « fandroana malagasy ». Les fils d’Aaron devaient être purifiés avec de l’eau avant d’offrir des sacrifices expiatoires. « Aaron offrira son taureau expiatoire, et il fera l’expiation pour lui et pour sa maison » : (Lévitique 16 :6). C’est le « omby volavita », puis il prendra le bouc ou bien un taureau pour le peuple : « mamono omby volavita ny Andriana ary mamono omby malaza ny vahoaka ». C’était Apis des Egyptiens, le taureau sacré de Memphis. Herodote (484-425) relatait que ce taureau sacré avait certaines caractéristiques anatomiques très précises : le signe blanc sur le front était le plus important. C’est le « omby volavita » avec un signe blanc sur le front. Les Lévites du royaume du Nord ont donc sacrifié ce taureau sacré de Memphis à YHWH leur Dieu. Ce sacrilège éhonté au temps de Jeroboam a fortement irrité YHWH.

Le premier mois malgache portait le nom de la déesse Asera « volasira » (volana asira). Il est devenu « Alahamady » à cause des raisons politiques entre Andrianampoinimerina et Andriamahazonoro de Matitanana en 1805. Notons que Asera n’est autre que Ishtar des Babyloniens, déesse de la prostitution et de la permissivité dont l’emblème était l’œuf et le lapin. Les Enfants d’Israël se livrèrent à la divination : c’est le « sikidy » et à l’enchantement le « sampy » (manompo sampy) (Ma=hébreu, Nob=égyptien, Sap de Kassap=chaldéen).

La XVIIIdynastie était la période où Israël séjourna en Egypte. Toutmosis I et Toutmosis II lui ont rendu la vie dure. Ces pharaons ne savaient pas que Jacob avait un Dieu protecteur. Quiconque touche à cette race ne sortira pas indemne. Pour délivrer son peuple de la main des pharaons obstinés, YHWH fit venir dix plaies sur l’Egypte pour infliger aux dieux et déesses une humiliation éternelle. Pas un dieu égyptien ne fut en mesure de s’y opposer. Ra-Tum fut incapable de conjurer la mort des premiers-nés y compris du fils du roi d’Egypte. Le sang que les Hébreux mirent sur le linteau des portes empêcha la mort d’entrer dans leur maison. Cette coutume est aussi une coutume malgache. (Tantara ny Andriana p162). Il déshonora Hâpi Dieu du Nil en changeant les eaux en sang. Kherheb, An Mautef et Se-mer-f (leur nom était Jannés et Jambrés) ne cachèrent pas leur perplexité devant Moïse et Aaron. Thot, Nephtis, Isis, Osiris,Tum furent incapables d’y faire obstacle. Heqet, le dieu de grenouilles, Min le dieu protégeant les Egyptiens des sauterelles furent impuissants devant le Dieu d’Israël. En termes concis, la toute puissance de l’Egypte fut déstabilisée. La conclusion de cette grande guerre de dieux fut la capitulation du Paut Netsheru. Cela était symbolisé par le sang qu’on mettait sur les portes. Les enfants qui naissent dans la famille royale au premier Abib (Tsinana Alahamady) sont automatiquement élus « Roi ». Ce n’est pas parce Ralambo est né le « Tsinana Alahamady » que ce jour est le nouvel an malgache. Plus précisément, il est élu Roi parce qu’il est né au nouvel an malgache. C’est le cas d’Andrianampoinimerina. Les grévistes du 13 Mai 1972 avaient élu Ratsimandrava parce qu’il est né le « Tsinana Alahamady ».

Recueillis par Patrice RABE

Midi Madagasikara

Publié dans Coutumes

Commenter cet article