Ny fonenako. Une performance conçue par Leong Sang Géraldine

Publié le par Alain GYRE

Ny fonenako. Une performance conçue par Leong Sang Géraldine

(28-01-2014)

Rendez-vous ce vendredi 31 janvier à partir de 18h15 au Showroom Madauto à Analakely

012820141722performance_geraldine-183x245.jpg

© Photo fournie

 

L’Institut Français invite une artiste à investir un lieu hors de ses murs avec un projet de performance pluridisciplinaire. Sous la coordination artistique de la chorégraphe/danseuse Leong Sang Géraldine, un collectif de créateurs donne forme à leurs idéaux.

« Je rêve d’un autre chez moi. Je rêve d’un lieu de tous les possibles. D’un monde embryonnaire où l’espoir n’a pas de limites. Je rêve d’un monde sans date de péremption où tout est encore à construire »

Ce spectacle conçu par Leong Sang Géraldine, Jiaary et Mahefasoa est entièrement gratuit. Il sera interprété par : Rakotondrasoa Hasina, Ramanantoanina Andrianantanirina, Razafimahatratra Yhannick Noah, Randrianarison Rivo Henintsoa, Ratefinanahary Johary et Leong Sang Géraldine

 

 

LEONG SANG Géraldine

 

Géraldine fait ses premiers pas de danse à l’âge de 7 ans à Toamasina, sa ville natale. Voyant son intérêt croissant pour cette discipline, ses parents l’inscrit à des cours privés de danse moderne et classique. Elle se découvre une préférence pour le perfectionnement technique et le rapport du mouvement à l’histoire. A l’âge de 14 ans, sous prétexte que son intérêt pour la danse pourrait altérer ses résultats scolaires, elle se voit contrainte de tout arrêter malgré sa grande motivation pour aller toujours plus loin dans cet art et son désir permanent d’accroître son temps alloué à la danse

 

Ce n’est qu’à l’âge de 23ans qu’elle renoue avec la danse en suivant des cours au sein de l’école de danse et de musique RARY en 2001. Ce retour à la danse marque un tournant dans sa vie professionnelle : elle démissionne d’une agence de communication spécialisée dans l’organisation évènementielle pour s’embarquer dans une nouvelle aventure artistique et surtout humaine avec la compagnie Rary, dans laquelle elle est actuellement à la fois danseuse interprète, enseignante de danse contemporaine et administratrice.

Par ailleurs, elle a eu l’occasion de suivre des stages et des ateliers avec des formateurs nationaux (Rakotosolofo Saroy, Rakotobe Lovatiana, Iarisoa Julie, Rehava Rudi, Rehava Angeluc, Bakomanga,…) et internationaux (Boyzie Cekwana, Panaibra Gabriel, Gilbert Douglas, Eric Mézino, Valérie Berger, Yune Chane…) avec lesquels elle aborde d’autres approches du mouvement.

 

Elle interprète plusieurs créations de la compagnie Rary que ce soit des pièces de groupe (Tsangana, Tongotra, Ampy, Mbola, Dihy tsy amin’aponga, Rotsaka, Vato, …) ou des soli (Volon’i parasy et Fa…) que ce soit à Madagascar ou à l’étranger dans le cadre de tournées de la compagnie RARY (France, Venise, Sénégal, Réunion, Mozambique, Burkina Faso, Îles Canaries,…).

 

Elle s’essaie à la création chorégraphique à partir de 2009 avec le collectif Trio Ankisôma qui propose la pièce « Tamin’ny 7 latsaka fefany » en février 2011 à l’Institut Français de Madagascar. C’est en adhérant à l’association de jeunes danseurs chorégraphes VIDACO, que Géraldine décide finalement de se positionner aussi en tant que chorégraphe et de créer la compagnie JINY. Elle a trois pièces à son actif, une pièce de groupe intitulée « Neny ô… » et deux pièces construites sur de l’improvisation, qu’elle a appelée « dansons nos vies » et «JAMA ». Son choix artistique est largement dominé par la mise en scène de rapports humains.

 

 

 

© TGN

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article