Orchidées: parmi les plus menacées des plantes à fleurs

Publié le par Alain GYRE

Orchidées: Parmi les plus menacées des plantes à fleurs

     

 

Mercredi, 03 Octobre 2012

Madagascar, l’île aux mille curiosités de la nature, offre la plus grande diversité d’orchidées au monde.

D’après le Missouri botanical garden (MBG), le pays héberge environ une soixantaine de genres répartis en 1 200 espèces avec un taux d’endémisme de 95%. Les orchidées présentent une particularité de la flore malagasy par leur aspect ornemental, leur rareté et leur adaptation à des conditions écologiques particulières. Pourtant, cette famille est l’une des plus menacées parmi les plantes à fleurs. C’est le cas de Cymbidiella, communément appelé « Fontsinjanahary beravina ». Cette orchidée est un des genres les plus remarquables par ses fleurs et par la particularité de ses habitats. Selon la base de données du MBG, Cymbidiella est un genre endémique de Madagascar. Elle est composée de trois espèces dont une terrestre et deux épiphytes, c'est-à-dire des plantes qui poussent accrochées sur d’autres plantes. Quant à la Cymbidiella falcigera, la belle « orchidée noire » de Madagascar, elle croît presque exclusivement sur le palmier Raphia farinifera (raphia). Elle a des grosses fleurs cireuses de couleur verte et noire pourvues d’un splendide labelle marqué d’un noir frappant. Ces fleurs mettent du temps pour se faner. Cette orchidée est très répandue dans les forêts de l’Est, Sud-est, Nord et Nord-est de Madagascar et le long des rivières.

Pour la Cymbidiella pardalina, c’est un épiphyte très spécial. Elle vit exclusivement sur la fougère Platycerium madagascariense (tandrokosy ou ranalahy), lui-même épiphyte. Son inflorescence comporte plus de 20 fleurs de couleur vert-jaunâtre avec un labelle portant des taches sombres et des lobes rouges. L’espèce vit dans les forêts de l'Est de Madagascar. Sinon, la Cymbidiella flabellata est une grande plante terrestre. Elle pousse en milieu humide, à l'ombre d'une espèce de Erica (anjavidy) ou dans la mousse de sphaigne, le plus souvent en forêt côtière près des bords de lagunes saumâtres, ainsi que sur les bords de cours d'eau intérieurs. Elle s’y confond avec les hautes herbes qui l'entourent. L’espèce est visible dans la partie nord-est, nord-ouest et le long de la côte est de Madagascar. Mais beaucoup d’orchidées sont en voie de disparition à cause de la destruction de leur habitat. Parmi les pressions majeures qui pèsent sur ces fleurs, on peut citer la rareté des formations marécageuses transformées en rizières, les feux de brousse, la culture sur brûlis, l’ensablement dû à la destruction des forêts.

Il faut toutefois souligner qu’outre leur aspect ornemental et souvent original, les orchidées ne décorent pas seulement les forêts, les cours d’eaux et les jardins. Elles font l’objet de marchandises lucratives. Seulement, la destruction rapide et continue de leur habitat risque de les faire disparaître.

Recueillis par Fanjanarivo

La Gazette

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article

meranthe.c 04/10/2012 11:48

sauvons ces plantes qui donnent de magnifiques fleurs !!! et n'oublions pas quelles fournissent aussi la vanille !!!