Origine de l'eau.

Publié le par Alain GYRE

246 Origine de l’eau.

 

Ces animaux sauvages devinrent bientôt la terreur de l'habitant de la terre.

Il se sentit seul et versa des larmes abondantes qui furent l'origine de l'eau.

 

Le premier couple humain.

 

Devant sa détresse, le Zanahary lui envoya une compagne pour le distraire, et s'adressant aux animaux sauvages, il dit :

« Bêtes féroces, que certains parmi vous vivent près de ma baguette. »

 En prononçant ces paroles, il jeta sur la terre une baguette qui s'y implanta, devint un arbre, puis une forêt.

« Quant à vous autres, gardez les larmes de mon fils. »

Voilà pourquoi les animaux sauvages habitent dans la forêt, comme les sangliers, ou dans l'eau comme les caïmans.

 

De l’emploi des bœufs.

 

Un jour les deux époux firent sortir du parc leurs troupeaux de bœufs et les laissèrent brouter librement les herbes dans les pâturages.

Par hasard, quelques grains de riz tombèrent sur les traces des animaux et poussèrent avec plus de vigueur que ceux qui étaient semés dans un terrain quelconque.

Ayant observé ce phénomène, les deux époux préparèrent un morceau de terrain pour la culture du riz, élevèrent tout autour de petites digues pour retenir l'eau, ensuite ils amenèrent leurs bestiaux qui piétinèrent le champ lequel reçut la semence du riz.

La récolte fut très belle et depuis ce jour, on employa les bœufs pour aider le cultivateur.

 

Les minéraux.

 

Lorsque le fils du Zanahary avait quitté son père, il portait une baguette en argent
dans la main droite, une baguette de cuivre dans la main gauche, des souliers en fer et un chapeau d'or.

Un jour qu'il poursuivait les animaux féroces, il déposa le tout à terre pour être plus agile.

Quand il revint, les objets avaient disparu, la terre les avait absorbés.

C'est ainsi, dit-on, que l'on explique l'existence des minéraux dans la terre.

 

 

Contes de Madagascar

Charles RENEL (1866 – 1925)

Librairie Ernest LEROUX

PARIS

 

 

Publié dans Contes de Madagascar

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article