Origine des animaux, l'homme, le caïman et le chien.

Publié le par Alain GYRE

255 Origine des animaux, l’homme, le caïman et le chien.
recueilli  à Seranantsara
(province d'Andevoranto)

 

Un roi d'autrefois eut quatre fils Raolona (l'homme) était le premier Raobizato (le caïman) le deuxième Raldmosy (le sanglier) le troisième, et Mboavitsy (le chien), le quatrième.

Quand le roi mourut, ses fils, dit-on, divisèrent ses biens le riz et les bœufs devinrent la propriété de Raolona l'aîné; les poissons furent la part de Raobizato le cadet; Raldmosy, le troisième eut le manioc et les patates quant à Mboavitsy, comme il était tout petit, on ne lui donna rien et ses trois frères le nourrirent; d'ordinaire il habitait chez Raolona.

Peu après la femme de Raolona conçut et elle eut l'envie de manger des poissons.

On envoya Mboavitsy en demander chez Raobizato, qui en donna une grande quantité.

Quelques jours plus tard, la femme fut reprise de la même envie elle alla chez Raobizato et, comme il était absent, elle prit des poissons sans en avoir obtenu l'autorisation.

Quand il fut de retour, ses enfants lui dirent :

« La femme de Raolona est venue, elle n'a rien demandé et elle a pris des poissons. »

Raobizato fut fort en colère contre son frère, mais il dissimula sa rancune.

Ensuite la femme de Raolona voulut manger des patates.

On envoya Mboavitzy en demander chez Rakimosy, qui en donna en abondance.

Mais quelques jours plus tard, la femme en prit encore, en l'absence de Rakimosy et sans son autorisation. Rakimosy cacha son dépit, parce que Raolona était l'aîné.

La femme de Raobizato conçut à son tour et voulut manger du foie de bœuf.

Raobizato vint en demander à son frère.

Mais Raolona répondit :

« Tusais bien que le bœuf est une grande richesse qu'il faut ménager. Je ne veux pas tuer un bœuf seulement pour le foie. »

Raobizato s'en alla plein d'amertume et il se disait à part lui :

« Quand sa femme a conçu, je lui ai donné ce qu'elle désirait, et je me suis laissé prendre ce quelle a voulu. Maintenant ma femme veut manger le foie du bœuf et il me le refuse. Je volerai donc son bœuf, car Raolona a mauvais cœur. »

Alors Raobizato entraîna le bœuf, pendant que celui-ci paissait au bord de la rivière.
Raolona s'en aperçut et dit à Mboavitsy :

« Raobizato nous a volé un bœuf. Comment faire pour le tuer? »

« Laisse-moi aller chez lui; je le tromperai et nous viendrons à bout de le faire mourir. »

Il se rendit au bord de la rivière, appela le caïman et lui dit :

« Raolona est très en colère, il te cherche pour te tuer. Il vaut mieux pour toi l'éviter
en ce moment. Quitte la rivière car il a l'intention d'y jeter des ody pour vous faire tous
mourir. Réfugiez-vous là-bas, en haut de la montagne. »

Quand les caïmans s'y furent rendus, Raolona et Mboavitsy mirent le feu aux herbes tout autour de la montagne, et la plupart furent brûlés.

Les rares qui s'échappèrent firent le serment de manger, partout ils les rencontreraient, l'homme, le bœuf et surtout le chien.

Peu après, la femme de Rakimosy conçut et voulut manger du riz.

Son mari vint en demander chez Raolona qui ne consentit pas à lui en donner.

Furieux, Raldmosy alla voler du riz pendant la nuit, le porta secrètement à sa femme, puis, craignant la colère de Raolona, se cacha dans les hautes herbes.

Raolona, lorsqu'il s'aperçut qu'on lui avait volé du riz, consulta Mboavitsy; celui-ci trouva une nouvelle ruse.

Il fit peur au sanglier et lui conseilla d'aller habiter pour quelque temps avec sa famille une petite île au milieu de la rivière.

Lorsqu'ils y furent réunis, les hommes arrivèrent pour les tuer, et très peu 'échappèrent.

Les survivants firent alors ce serment :

« Que maudit soit celui de nos descendants qui ne ravagera pas le riz que l'homme aura planté, et toutes les cultures qu'il aura faites.

 

Voilà pourquoi les sangliers dévastent les rizières des Tanala, et pourquoi les hommes
leur font la chasse avec l'aide des chiens.

 

Contes de Madagascar

Charles RENEL (1866 – 1925)

Librairie Ernest LEROUX

PARIS

 

Publié dans Contes de Madagascar

Commenter cet article