Origine des Vazaha.

Publié le par Alain GYRE

 

Origine des Vazaha.
Conte Antaimorona

Recueilli à Mananjary
(province de Mananjary)

 

Un jour le fils du Zanahary et sa femme descendirent, dit-on, du ciel pour se promener
sur la terre.

Ils s'y trouvèrent si bien qu'ils ne voulurent plus retourner chez le Zanahary.

Celui-ci plein de tristesse envoya un esclave pour les rappeler, mais ils refusèrent de revenir, car la terre leur plaisait et ils s'amusaient beaucoup parmi les hommes.

Alors le Zanahary appela tous ses peuples et dit :

« Mon fils, avec sa femme, s'en est allé sur la terre et ne veut plus revenir ici, bien
que j'aie. envoyé un de mes esclaves pour le chercher.

Je les laisserai donc, quelque peine que cela puisse me causer.

Ils vivront avec les hommes, mais, comme ce sont mes enfants, je leur donnerai le pouvoir de faire tout excepté la vie. »

 

Les Vazaha, dit-on, sont les descendants de ces deux Zanahary.

 

 

223 bis Origine des Vazaha.

Conte Betsimisaraka

Recueilli à Antanambao

Province de Vatomndry)

 

Zanaharibé avait deux femmes un jour il s'apprêtait à donner une grande fête pour célébrer la circoncision du fils de sa seconde femme.

Mais sa première épouse dit :

« Je ne veux pas que tu donnes une pareille fête pour le fils de ta seconde femme. Moi seule y ai droit. De plus je ne resterai pas avec toi, si tu gardes deux femmes. Choisis entre elle et moi celle que tu préfères. »

Le Zanaharibé garda sa première femme et fit descendre la seconde sur la terre avec
son fils.

Mais du haut du ciel, la première épouse les voyait encore.

Elle obtint de son mari qu'il les exilât au delà des mers.

De plus il défendit que le fils de la seconde femme fût circoncis, ainsi que l'avait été celui de la première.

Or, les Vazaha descendent du fils de Zanaharibé et de sa seconde femme, et c'est
pour cela qu'ils savent faire beaucoup de choses étonnantes.

Ils habitent encore au-delà de la mer, leur père les a exilés.

 

Contes de Madagascar

Charles RENEL (1866 – 1925)

Librairie Ernest LEROUX

PARIS

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article