Origine du soleil, dela lune, du nuage, dela foudre et du tremblement de terre.

Publié le par Alain GYRE

233 Origine du soleil, de la lune, du nuage, de la foudre et du tremblement de terre.
Conte Betsimisaraka
Recueilli à Vavaténina
(province de Tamatave)

 

 

Razanahary avait, dit-on, trois enfants.

L'aîné s'appelait Ramasoandro (Soleil), le second Ravolana (Lune) et le dernier RaIiona (Nuage).

Ils passèrent tranquillement leur enfance auprès de leur père; devenus grands, ils se marièrent et eurent des enfants.

Or, un jour leur père Razanahary leur distribua des bœufs il en donna trois à Ramasoandro l'aîné, deux à Ravolana le cadet, et Rahona, le dernier né, n'en reçut qu'un seul pour sa part.

Chacun fit de son mieux pour multiplier les bœufs: bientôt la part de Ramasoandro fut de dix, Ravolana posséda six bœufs et Rahona trois.

Sur ces entrefaites, leur père Razanahary tomba gravement malade; il fit venir un
ombiasy (1) et celui-ci déclara que le malade ne se rétablirait que si on sacrifiait un bœuf.

Le père envoya vers son fils aîné un messager avec ces paroles :

« Ramasoandro, ton père est gravement malade, il ne peut guérir que si tu lui donnes
un bœuf pour le sacrifier, il te prie donc de lui offrir une bête de son troupeau. »

« Dis à mon père, répondit Ramasoandro, que j'ai seulement dix bœufs; si j'en donne
un, leur nombre deviendra impair. Qu'il s'adresse à mon cadet Ravolana. »

Razanahary envoya donc son messager chez Ravolana; celui-ci fit une réponse analogue à celle de son frère.

Le messager s'en fut donc trouver Rahona le dernier né.

Ton père est gravement malade; il guérira, si tu lui donnes le plus gras de tes trois bœufs.

Sans hésiter, Rahona alla choisir le plus beau de ses bœufs et le donna pour être emmené par l'envoyé de son père.

Ranahary sacrifia le bœuf et bientôt fut rétabli.

Alors il fit appeler ses trois enfants et leur dit :

« Je suis maintenant guéri, et je vais vous donner, moi votre père, un ordre auquel
vous devrez toujours vous conformer.

Toi, Ramasoandro, comme l'aîné de mes enfants, tu as reçu une grosse part, et pourtant tu n'as rien voulu me donner.

Toi, Ravolana, comme le cadet, tu as été favorisé également, cependant tu m'as refusé un bœuf.

Toi enfin, Rahona, parce que tu es le dernier né, tu as eu une plus petite part que les autres, et tu m'as donné de bon cœur le plus beau de tes bœufs, à cause de ton amour pour moi.

Aussi, dorénavant, quelle que soit ta lumière, Ramasoandro, et quelle que soit ta clarté, Ravolana, quand Rahona, le dernier venu, passera, vous devrez tous deux disparaître devant lui. »

 

Voilà, pourquoi, dit on, Ramasoandro le Soleil et Ravolana la Lune, se cachent, quand passe Rahona le Nuage, et tous trois sont les enfants de Razanahary.

 

 

(1)   Devin,

 

Contes de Madagascar

Charles RENEL (1866 – 1925)

Librairie Ernest LEROUX

PARIS

 

Publié dans Contes de Madagascar

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article