Paludisme: Une politique d'éradication fructueuse

Publié le par Alain GYRE

Paludisme: Une politique d'éradication fructueuse       

Vendredi, 07 Juin 2013

 

Bien que 80% de la population malgache utilisent des moustiquaires imprégnées d'insecticides, le paludisme détient le premier rang en termes de consultation médicale auprès des établissements sanitaires.

 

  Les  côtes sont les plus touchées par ce fléau, surtout l'Est car le risque d'infection palustre est plus important en saison des pluies. La transmission est de type saisonnier, d'Octobre à Mai. Le paludisme est une maladie grave, potentiellement mortelle, très répandue en zone tropicale. Il touche essentiellement les sujets non immuns.

 

Les femmes enceintes, les jeunes enfants et les personnes âgées constituent les sujets les plus à risque. C'est  pourquoi l'Etat se démène dans l'éradication de la maladie.

 

Entre la période 2004 à 2009, le nombre d'enfants victimes de paludisme passe de 94 pour 1 000 à 72 pour mille. Les moustiquaires imprégnées d'insecticides y sont pour quelque chose. Entre 2001 et 2011, pas moins de 35 000 enfants ont pu être sauvés. En effet, depuis 2005 à 2011, plus de 4 millions de moustiquaires imprégnées d'insecticides ont été distribuées  dans 91 districts de la Grande ile. En 3 ans, le taux d'utilisation des moustiquaires présent une hausse de 43 %.  Des chiffres qui témoignent de l'efficacité de la politique nationale d'éradication de la maladie. N'empêche qu'il figure parmi les trois premières causes de décès des enfants de moins de cinq ans. le manque de médicaments de traitement, le faible dépistage et aussi les outils de prévention comme les moustiquaire restent les défis majeurs pour son éradication. La moustiquaire imprégnée d'insecticide assure la meilleure protection contre les piqûres de moustiques nocturnes qui véhiculent la maladie. Mais elle doit être en bon état et utilisée correctement. Selon les résultats des enquêtes menées par l'OMS, le ministère de la Santé publique et l'Instat , 89% enfants de moins de 5 ans et 85% des femmes enceintes disent avoir utilisé ces moustiquaires au moins durant toute une nuit entière. Des résultats qui ont été officiellement publiés hier. Pour rappel, après une période d'incubation moyenne de 7 à 10 jours, la crise de paludisme se traduit par une fièvre aiguë  souvent accompagnée de maux de tête, douleurs musculaires, asthénie, vomissements, diarrhées, douleurs abdominales.

 

NIR

La Gazette

 

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article