Paris-Nosy Be: opération de charme chez Corsair

Publié le par Alain GYRE

Paris-Nosy Be : Opération de charme chez Corsair

 

Le ministre du Tourisme est confiant sur la reprise du vol direct Paris-Nosy Be

Le ministère du Tourisme cherche à reprendre la ligne directe entre Paris et Nosy Be. Corsair internationale étudie la question.

Le gouvernement malgache relance la reprise du vol direct entre Paris et Nosy Be. Il aurait déjà sollicité des compagnies aériennes pour assurer l'opération. Si pour Air Mada­gascar, c'est techniquement impossible, Air France n'aurait pas manifesté de l'intérêt. Jean Max Rakoto­mamonjy, ministre du Tourisme, s'est ainsi tourné vers Corsair. Une rencontre avec des hauts responsables de cette compagnie aérienne s’est tenue pendant le Salon international du tourisme, Top Resa, organisé du 18 au 21 septembre à Paris. Le ministre s'est, entre autres, entretenu avec le directeur général de Corsair, Pascal de Izaguirre. « Nous avons demandé à Corsair de reprendre le vol direct entre Paris et Nosy Be. Elle dispose d’appareils aptes à mener cette opération », a-t-il indiqué lors de la rencontre avec la presse au ministère, à Tsimbazaza, lundi.
Nicolas Lehoucq, responsable du marché extérieur de Corsair, rapporte que la reprise de la ligne ne figure pas encore dans les priorités de la compagnie. Celle-ci pourrait se faire mais ce n'est pas encore dans l'actualité. « On étudie le dossier de Nosy Be comme d'autres mais on n'a pas encore décidé de le faire aujourd'hui. Nous étudions surtout la possibilité de reprendre ce vol un jour », a-t-il souligné.
Escale forcée
Cette compagnie aérienne a été la première à desservir directement Nosy Be et Paris. Elle connait ainsi très bien la ligne. Si Corsair reste discrète sur les raisons qui ont poussé la compagnie à arrêter cet itinéraire, une source fiable rapporte que c'est surtout dû à un pro­blème de rentabilité. « Il a été plus rentable pour la compagnie d'aller ailleurs », indique-t-elle.
Actuellement, les voyageurs en provenance de Paris sont obligés de faire une escale à Antananarivo. Tant que la piste de l'aéroport de Nosy Be n'est pas élargie, Air Madagascar ne peut pas y assurer un vol direct avec son A 340. Corsair a assuré ses opérations avec un A330. Or, les travaux d'extension ne pourraient, probablement, pas débuter durant la Transition faute de bailleurs de fonds.

Judicaëlle Saraléa

Mercredi 17 octobre 2012

L’Express

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article