Patrimoine: consécration artistique du Zafimaniry

Publié le par Alain GYRE

Patrimoine : Consécration artistique du Zafimaniry

1-artiste.jpg

L'artiste-plasticien Temandrota qui fait partie des 72 artistes contemporains du projet Artists angels pour Madagascar

Artists angels pour Madagascar, une consécration artistique du savoir-faire du bois Zafimaniry. Une révélation au monde entier à travers les artistes contemporains.

Du 19 au 30 janvier, 72 artistes contempo­rains dont deux Malgaches, l'artiste-plasticien Temandrota et l'artiste-peintre Jean Yves Chan, exposeront leurs œuvres chez Christie's à Paris dans le cadre du projet Artists angels pour Madagascar. Johary Ravaloson, auteur des livres 'Zahay Zafimaniry et Zafimaniry intime parle d'« une consécration artistique » pour le savoir-faire du bois des Zafimaniry après son inscription à la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'humanité en 2008. L'artiste-plasticien Temandrota appuie que ce projet « vient valider cette reconnaissance internationale théorique ».
Le 30 janvier, une vente aux enchères exceptionnelle se tiendra, les bénéfices de la vente seront consacrés à des actions en faveur des populations démunies dont le village d'Antoetra, source du savoir-faire Zafimaniry. L'objectif est de permettre aux habitants d'avoir accès à l'eau, aux soins, à l'éducation et à un habitat digne. Le respect des droits fondamentaux sera au cœur des préoccupations d'Erick Lauro, initiateur du projet. Mais il compte aussi dans son projet réhabiliter tout le village d'Antoetra et sa trentaine de toits.
« J'ai vu les œuvres qui ont été réalisées par les artistes. C'est impressionnant ! C'est autant de rêve, autant d'implication personnelle. Et ce que je trouve intéressant dans ce projet, c'est ce côté social... cette approche humaine. J'avoue qu'au début, j'ai eu une petite appréhension tellement le défi était grand », confie Temandrota.
Impressionnant
« Quand Erick et moi sommes allés à Antoetra pour le présenter au villageois, je me limitais à le présenter comme un potentiel client qui vient passer une importante commande de portes et de volets. Je n'y croyais pas quand il évoque la réhabilitation de tout un village Zafimaniry. Car déjà pour trouver les 12 000 euros pour l'éco-musée, j'avais du mal... Mais lui, il y croyait et il y est arrivé. C'est impressionnant ! », avoue l'écrivain.
Dans les 72 œuvres, les artistes contemporains ont exprimé, à leur manière, cette rencontre avec l'art Zafima­niry. Certains se sont laissé séduire par les symboles inscrits sur les volets et portes, d'autres par le matériau, le bois. Au contact de cet « objet porteur d'alterité » sont nés un « enthousiasme », une « liberté » ou encore un « désir ouvrant l'imaginaire ».
« Il est sûr que les artistes ne sont pas restés insensibles à l'art Zafimaniry. Que le savoir-faire du bois les a inspiré », remarque le plasticien.
« À mon avis, la plupart des artistes a accepté de s'engager dans ce projet car il y avait les Zafimaniry à la base. Quand ils ont vu ce qu'ils font, ils ont dit qu'ils veulent travailler avec ces gens là. Et ça, c'est très important ! », souligne l'écrivain.
Les deux artistes voient dans cet évènement « une bonne chose » qui se traduit en « une grande visibilité » de l'art Zafimaniry. Une grande première pour Temandrota, un des premiers malgaches à exposer chez Christie's, qui se réjouit de cette opportunité de tomber entre les mains des « grands collectionneurs ».
Une pierre deux coups aussi, qui va pouvoir apporter sa contribution à l'amélioration des conditions de vie de ses compatriotes tout en bénéficiant de la visibilité qu'offre l'évènement.

Domoina Ratsara

Jeudi 10 janvier 2013

L’Express

Publié dans Revue de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article