Pêche en Afrique et dans l’Océan Indien: Un vaste marché régional et une grande opportunité pour Madagascar

Publié le par Alain GYRE

Pêche en Afrique et dans l’Océan Indien: Un vaste marché régional et une grande opportunité pour Madagascar

 (14-11-2013)

Le marché des produits halieutiques en Afrique et de l’Océan Indien est encore suffisamment vaste pour que Madagascar y trouve toute sa place en mettant en avant ses potentialités. La mise en œuvre du projet Smartfish de la Commission de l’Océan Indien (COI), l’un des plus grands projets sur la pêche en Afrique, offre d’excellentes opportunités pour la Grande Ile.

 

 

1-peche-1.jpg

 

Un plat de poisson dans un restaurant

© AFP

 

Crevettes, thons, crabes des mangroves, … Madagascar dispose encore de grandes potentialités en matière de produits de la pêche, qui ne demandent qu’à être exploitées, en tenant compte, toutefois, de la bonne gouvernance des pêches afin d’en assurer la durabilité. Avec une potentialité de près de 8 000 tonnes de crabes des mangroves par an, par exemple, le pays n’en produit qu’à peine 3 500 tonnes actuellement, avec encore des pertes post-captures de l’ordre du tiers des productions. Quelques astuces et aménagements au niveau des équipements de pêche, suggérés aux pêcheurs, et un investissement raisonnable, ont suffi pour redresser la barre et à réduire nettement les pertes post-captures. Ce type d’accompagnement a été rendu possible, grâce à la mise en œuvre du projet Smartfish. Ce projet, l’un des plus grands projets dédiés à la pêche en Afrique, dont bénéficient 20 pays d’Afrique et de l’Océan Indien incluant Madagascar, se fixe, entre autres objectifs, outre le suivi, le contrôle et la surveillance, son activité la plus connue, intervient également dans la gestion des pêches, la promotion du commerce des produits de la pêche, la bonne gouvernance des pêches et la promotion de la sécurité alimentaire.

 

 

 

Bonne gouvernance. A Madagascar en particulier, le projet Smartfish a, permis de doter le pays d’une politique nationale maritime qui prend en compte les principes de bonne gouvernance. Ce qui n’est pas toujours le cas dans de nombreux pays de la région Afrique et Océan Indien. Les fermetures des pêches pour protéger le renouvellement des réserves des ressources halieutiques, en sont quelques résultats.

 

Entre autres, interventions, ce projet a par ailleurs, procédé à l’évaluation des pertes post-captures des produits de pêche artisanale et d’aquaculture à Madagascar, mais a également permis la concrétisation d’une intervention pilote de la réduction des pertes dans la filière crabe. La tenue, en août dernier à Morondava, de la rencontre professionnelle de la pêche dans la région du Menabe, figure ainsi parmi les interventions du projet Smartfish à Madagascar. Prochainement, en janvier 2014, un événement d’ampleur régionale sur la pêche se tiendra en Ouganda. Ce « Smartfish trade event » réunira les négociants, les traders et les autres entités en activité dans le secteur pêche en Afrique et dans l’Océan Indien. Un véritable carrefour où les opportunités se forment et se saisissent. La Grande Ile y sera présente. Le pays est, en somme, sur la bonne voie pour assurer l’expansion et la durabilité de ses activités de pêche maritime. Le marché régional représente, en effet, une grande opportunité pour Madagascar, car il est plus à la portée des producteurs locaux en termes de normes et de conditions exigées par le marché. Une filière appelée à se développer et une opportunité que Madagascar gagnerait à saisir.

 

 

 

Hanitra R.

Midi Madagasikara

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article