Pêche: Le thon menacé

Publié le par Alain GYRE

Pêche: Le thon menacé 

Mercredi, 20 Novembre 2013

Majunga est la seule province où l'on distingue assez nettement l'existence de 3 types de pêcherie dont la pêche industrielle crevettière, la pêche artisanale et la pêche traditionnelle. La façade maritime du faritany de Majunga s'étend sur 700 km allant de la Sahalava au Nord jusqu'au niveau du fleuve Manambolo au Sud, permettant ainsi d’établir des estimations précises et fiables sur la capture de thons et des espèces apparentées sur la Grande Île. A cet effet, toutes les données y afférentes telles que l’outil de capture, les saisons de passage des thons vont être mises à jours et disponibles tout au long de l’année. Ainsi, les bases de données de la CTO seront alimentées.

Un atelier sur le «Renforcement des systèmes statistiques de la pêche maritime à Madagascar» s'est tenu les 14 et 15 novembre à Mahajanga. Une nouvelle base de données sur les 13 régions côtières de Madagascar a été dévoilée. La consommation mondiale croissante de thon aggrave les problèmes de surpêche. Les méthodes de pêche industrielles utilisant les sennes et les palangres ne capturent pas seulement les thons adultes mais aussi les jeunes. Ces méthodes intensives entraînent en outre un volume énorme de prises accidentelles. En tant que grand prédateur, le thon assure l'équilibre écologique parmi les espèces de poissons. Si les bancs de thon continuent de diminuer, cela aura des répercussions négatives sur tout l'écosystème et pour les pêcheurs locaux dont la survie dépend de la santé des stocks de poissons.

 

La pêche thonière se traduit surtout par la vente de licences à des bateaux étrangers, les investissements nécessaires sont très lourds et la technologie utilisée n'est pas encore maîtrisée par les opérateurs nationaux. Face à la prolifération des actes de piraterie sur mer, ce projet contribue à la protection de celle-ci. Les poissons tant maritimes que continentaux sont en majorité commercialisés localement ou auto consommés. Pourtant, il existe une réelle inadéquation entre les zones de production situées à l'Ouest du pays et les zones de consommation concentrées sur les hauts plateaux et à l'Est. Cette situation pose le problème de l'approvisionnement en poisson et de l'organisation du commerce en termes de circuits de produits, techniques de conservation et prix des poissons. La demande croissante de poisson tient à l'accroissement démographique, à la compétitivité avec le prix de la viande et à l'augmentation de la consommation

La Gazette

 

Publié dans Revue de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article